Esquisse d'une poétique du roman post-indépendant : Ecritures Féminoïdes d'Afrique sub-saharienne : Champ francophone

par Rodrigue Kaba

Thèse de doctorat en Littérature francophone et comparée

Sous la direction de Arlette Chemain.

Soutenue en 2007

à Nice .

  • Titre traduit

    ˜An œoutline of the poetics of the post-independent novel : Feminoid writings from sub-saharan Africa : Francohone sphere


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La Poétique, cette discipline qui divise encore aujourd’hui les spécialistes, désignerait une étude de tous les éléments, intra-muros ou extra-muros, susceptibles de provoquer la contemplation d’un support générique en tant qu’œuvre d’art. Dans le cadre des objectifs fixés par notre approche des romans successifs publiés après les indépendances négro-africaines de 1960, la littérarité résulterait d’un régime d’images de type binaire. L’un, dit diurne, antithétique, héroïque et polémique, motive une écriture de la majoration, en reprenant le discours mythique au creux duquel le corps – promu comme le médiateur littéraire par excellence – en vient à influencer le processus d’engendrement du sens de/dans le roman post-indépendant (et/ou post-indépendance). Quant à l’autre régime, réputé nocturne et mystique, il s’appuie sur le ressourcement d’un imaginaire du féminin qui finit par ouvrir la voie à une dynamique lectorale féconde, pour autant qu’on consente à retenir pour pertinente la thèse d’après laquelle écrire le roman, c’est rencontrer la Femme. Dans ce second registre, le sens de l’œuvre ne peut advenir que par le biais d’un surgissement éclatant de l’inédit, de l’inadmissible, de l’insolite, sinon du scandale. Si on admet que l’imaginaire du féminin vient compenser le ralentissement de la création artistique nègre – constaté ces dernières années –, on doit tout aussi reconnaître que la littérarité du roman des indépendances tiendrait de la mort symbolique du corps, ce corps qui est désormais perçu comme le futur dictateur du sens. Dès lors que la mort du corps semble être entérinée, la poéticité du roman négro-africain – en l’occurrence les textes d’Ahmadou KOUROUMA et ceux de Sony LABOU TANSI – se récrée sans cesse, échappe à tout déterminisme et à tout engagement servile, et se donne à lire, tantôt comme toutes les prouesses esthétiques accomplies par les récits étudiés pour se rapprocher du lyrisme poétique, tantôt comme la quête passionnante de la sensation, mais surtout comme l’arrachement de l’œuvre singulière à l’autorité de son auteur officiel.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (747 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 684-717. Index. Résumés en français et en anglais

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2007 NICE 2015
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2007 NICE 2015
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2007 NICE 2015 Bis
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2007 NICE 2015 Bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.