L'émergence de l'astronomie physique en France (1860-1914) : acteurs et pratiques

par Stéphane Le Gars

Thèse de doctorat en Épistémologie. Histoire des sciences et des techniques

Sous la direction de Gérard Emptoz.

Soutenue en 2007

à Nantes .


  • Résumé

    Au cours du XIXème siècle, l’astronomie voit ses méthodes et ses objets d’étude considérablement évoluer : à côté d’une astronomie dite de position, c’est-à-dire qui ne s’intéresse qu’à la position des objets célestes dans le ciel, émerge et s’affirme une astronomie dite physique, qui aboutira plus tard à l’astrophysique. Ainsi, notre thèse a visé à analyser les liens entre les sciences physiques et l’astronomie qui ont permis l’apparition d’un nouveau champ du savoir, dans la perspective de mettre en relief les spécificités françaises de cette discipline émergente qu’ a été l’astronomie physique. Notre travail a consisté à identifier les savants et les réseaux impliqués, à caractériser les cultures qui les portent, mais aussi à étudier les transferts de savoirs et de savoir-faire entre physiciens et astronomes, ceci en précisant dans quel contexte scientifique ces recherches ont eu lieu. Nous avons ainsi pu montrer que, loin de s’exercer sur un modèle unique, l’astronomie physique française entre 1860 et 1914 a montré une diversité dans ses approches, une pluralité des lieux de sa construction, une multiplicité des acteurs et des cultures qui les animent, ceci au risque d’un éclatement et d’une hétérogénéité des pratiques. En effet, si l’astronomie physique française s’est vue progressivement investie par un groupe de physiciens bien identifié, et non par des astronomes, nous avons pu mettre en évidence qu’à la veille de la grand guerre, il n’existe pas de communauté réellement constituée autour d’un programme cohérent et concerté d’astronomie physique. De nombreuses recherches ont été menées, mais sur un mode dispersé que nous avons cherché à caractériser.


  • Résumé

    During the XIXth century, methods and studies of astronomy were very evolutionary : beside a positional astronomy, which was mainly interested in defining the position of celestial objects in the sky, emerged a physical astronomy, which will lead to astrophysics later. Our dissertation was aimed to analyse these links between physical sciences and classical astronomy which allowed the emergence of a new field of knowledge, in order to bring out the French specificities of this new discipline. Our work consisted in identifying scientists and networks which were involved, while characterizing the cultures that sustained them, and also in studying the transfers of knowledge and abilities between physicists and astronomers. Scientific contexts where those researches took place are also studied. We are able to show that French physical astronomy, between 1860 and 1914, did not drill within a unique pattern. It showed diversity in its approaches, with a plurality of places of its construction, and a multiplicity of actors and cultures that buoyed them up, along with the risk of dissemination and heterogeneity of practices. Indeed, if a well identified group of physicists (and non-astronomers) has progressively entrusted with French physical astronomy, we could explain that, on the eve of World War I, there is no united community of scientists devoted to a coherent and concerted program in physical astronomy. However, several researches were led, but with disorganized approaches.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (522 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 447-552

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2007 NANT 2064
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.