Résistance aux antibiotiques utilisés en pisciculture chez des indicateurs bactériens isolés de l'environnement dulçaquicole : caractérisation de la résistance au florfénicol chez Aeromonas spp

par Laurence Gordon

Thèse de doctorat en Microbiologie. Biologie moléculaire

Sous la direction de Jean-Pierre Ganière.

Soutenue en 2007

à Nantes .


  • Résumé

    Pratiquée dans toutes les filières d’élevage de rente, l’antibiothérapie suscite une attention particulière en pisciculture. En effet, il est légitime de s’interroger sur la contamination de l’environnement récepteur des effluents piscicoles par les antibiotiques utilisés et les bactéries résistantes. L’objectif de nos travaux était d’étudier l’influence d’élevages piscicoles présents le long d’un cours d’eau, sur les proportions de résistance d’Aeromonadaceae aux antibiotiques utilisés en pisciculture. Encore rare chez les bactéries pathogènes des poissons, la résistance acquise au florfénicol, un antibiotique d’utilisation récente en pisciculture, a été recherchée afin d’être caractérisée génétiquement. De manière générale, les proportions d’Aeromonas résistants à l’acide oxolinique, l’oxytétracycline et l’association sulfaméthoxazole-triméthoprime, étaient souvent accrues dans les sédiments prélevés en aval direct des effluents de quatre piscicultures et d’une station d’épuration. Cette contamination n’était pas systématiquement en relation avec la présence des antibiotiques, également constatée en aval de certaines des piscicultures étudiées. La résistance au florfénicol est apparue rare chez les Aeromonas, puisque seuls deux clones résistants ont pu être isolés. Leur diffusion et leur persistance ont été montrées. Chez un clone d’A. Bestiarum, la résistance au florfénicol était due à un plasmide conjugatif porteur à la fois du gène floR et de gènes de résistance à la tétracycline, aux sulfamides et à la streptomycine, situés à proximité d’un élément ISCR2 qui pourrait être impliqué dans leur mobilité. Les résultats indiquent tout d’abord la complémentarité des méthodes chimiques et microbiologiques pour évaluer l’impact de l’utilisation d’antibiotiques en milieu aquatique, et ensuite que les conditions sont réunies pour une diffusion de la résistance acquise au florfénicol, qui devrait donc être surveillée.


  • Résumé

    Used in all stock farming sectors, antibiotic treatments are paid particular attention in fish farms. Indeed, it is legitimate to question about the contamination by antibiotics and resistant bacteria of the environment which receives effluents of fish farms. The aim of our research was to study the influences of fish farming along a river on the resistance rates, among Aeromonadaceae, against antibiotics used in fish farms. Still rare in fish pathogens, the acquired resistance against florfenicol, an antibiotic of recent use in fish farming, was searched for genetic characterisation. In a general way, the rates of Aeromonas resistant to oxolinic acid, oxytetracycline and the association sulfamethoxazole-trimethoprime, were often increased in the sediments collected immediately down-stream the fish farms and the wastewater treatment plant effluents. This contamination was not always associated with an antibiotic contamination, which was also noticed down-stream some studied fish farms. Florfenicol resistance was rare in the Aeromonas group, as only two resistant clones were isolated, which were shown to diffuse and to be persistent. In an A. Bestiarum clone, florfenicol resistance was due to a conjugative plasmid, which carried a floR gene and other genes coding for resistance to tetracycline, sulfamids and streptomycine, close to an ISCR2 element which may be implicated in their mobility. Results showed first the complementarity of chemical and microbiological methods to evaluate the impact of antibiotics use in aquatic environment, and secondly that conditions are fulfilled for the spread of acquired florfenicol resistance, which should therefore be surveyed.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (135 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 121-135

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2007 NANT 2035
  • Bibliothèque : ONIRIS. Ecole Nationale Vétérinaire Agroalimentaire et de l'Alimentation Nantes-Atlantique. Centre de documentation site Chantrerie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T-04-11-004
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.