Des taureaux ou des Hommes ? : ethno-anthropologie de la fête, des jeux et de la course camarguaise en zone de bouvino

par Rémi Allemand

Thèse de doctorat en Anthropologie

Sous la direction de Jacques Gleyse.

Soutenue en 2007

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    La fête en zone de bouvino peut sembler identique aux autres fêtes du bassin méditerranéen. Cependant, la présence ininterrompue du taureau fait d’elle un moment singulier de la vie des autochtones. Ainsi, le bioù est présent de façon continue dans l’espace festif, découpant et organisant la réalité festive et corporelle des gens de bouvino. La corporéité bovine se caractérise par une métaphore corporelle appelée la fé di bioù, qui sert à différencier les locaux des étrangers. Ceci permet de réinterroger la course camarguaise et de la questionner in situ, c'est-à-dire dans la réalité festive de la zone de bouvino. Apparaît alors, au-delà de la métaphore corporelle de la fé di bioù, les fondements de la société camarguaise : la bouvino. Ainsi, il semblerait que l’on puisse dire que tous les Hommes sont des taureaux et tous les taureaux sont des Hommes, traduisant cette réalité structurante dans une phrase incantatoire : la fé di bioù.

  • Titre traduit

    Bulls or Men ? : Ethno-Anthropology of the celebration, the games, and the course camarguaise in the zone of bouvino


  • Résumé

    The celebration in the bouvino zone seams identical to others from Mediterranean Basin. However, the contineous presence of bulls, turns the celebration into a very unique moment in natives lives. In this way, the bioù is always present at the festivity zone, cutting and organizing the celebration and physical reality of people of bouvino, that is to say their body lenguage. The bovine body lenguage is characterized by a physical metaphor called the fé di bioù, which is used to differentiating the premises from foreigners. This allows the requestioning of the course camarguaise and to quering it in situ, that is to say in the festive reality of the bouvino zone. Beyond the physical metaphor of the fé di bioù, the foundations of the society: the bouvino, appears. So, it seems that we can say that every Men are bulls and every bulls are Men, translating this structural reality in an incantatory sentence: the fé di bioù.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (280-99-non paginé f.)
  • Annexes : Bibliographie f. 269-279

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2007.MON-01

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.