Profilage d'expression génique des cancers du sein : classification moléculaire et signature prédictive de la récurrence sous Tamoxifène

par Maïa Chanrion

Thèse de doctorat en Biologie - Santé. Biologie moléculaire et cellulaire

Sous la direction de Jean-Marie Darbon.

Soutenue en 2007

à Montpellier 1 , en partenariat avec Université de Montpellier I. Faculté de médecine (autre partenaire) .


  • Résumé

    Les cancers du sein sont dits hormono-dépendants dans la mesure où 70% d'entre-eux expriment le récepteur des oestrogènes ERα et sont donc, en principe, accessibles à un traitement anti-hormonal de type anti-oestrogène tel que le Tamoxifène. Cependant, 40% des patientes traitées s'avèrent résistantes. L'identification de signatures moléculaires spécifiant l'hormono-susceptibilité tumorale et permettant de prédire la récidive du cancer au cours du traitement apparaît donc nécessaire. Dans un premier temps, nous avons étudié, par RT-PCR quantitative, les niveaux d'expression de 47 gènes, choisis sur la base de leur implication probable dans l'hormono-sensibilité tumorale, dans 200 tumeurs primitives du sein. L'analyse par "clustering" hiérarchique suivi par un test de Chi2, a permis de mettre en évidence des sous-groupes de tumeurs caractérisés par l'expression de combinaisons distinctes des gènes d'intérêt. Cette étude nous a permis d'une part, de retrouver les sous-types de tumeurs mis en évidence par Sorlie et col. Et, d'autre part, de mettre en exergue un nouveau sous-groupe de tumeurs. Dans un second temps, nous avons recherché une signature moléculaire prédictive de la récurrence sous Tamoxifène. Pour cela, nous avons étudié les profils d'expression, sur puces à ADN, de 132 tumeurs ER+ et/ou PR+ provenant de patientes traitées au Tamoxifène. L'analyse supervisée par PAM de ces profils géniques nous a permis de mettre en évidence une signature de 36 gènes prédictive de l'apparition de récurrence dans les 5 ans de traitement au Tamoxifène. Cette signature classe correctement les patientes sans récidive avec une sensibilité de 80% et les patientes récidivantes avec une spécificité de 78%. Nous avons confirmé la robustesse de notre classifieur par la classification de 2 sets externes de 23 et 41 tumeurs, avec une exactitude de 78% et 70%. Par ailleurs, nous avons démontré que la signature 36-gènes a un pouvoir pronostique plus puissant que les critères histo-pathologiques et cliniques habituellement utilisés.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (160 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 143-160

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Médecine-Unité pédagogique médicale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TU 2007.MON-27
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Bibliothèque Universitaire Historique de Médecine.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TU 2007.MON-27
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.