Diversité, évolution, co-spéciation et capture d'hôte chez les Haemosporidia de la faune sauvage de Madagascar et du Cambodge

par Linda Duval

Thèse de doctorat en Parasitologie

Sous la direction de Vincent Robert.

Le président du jury était Philippe Grellier.

Le jury était composé de Frédéric Ariey, Loïc Ponger.

Les rapporteurs étaient Geneviève Milon, François Peyron.


  • Résumé

    Cette thèse contribue, par différents aspects, morphologiques, moléculaires et phylogénétiques, à une meilleure connaissance de la diversité des parasites de l’ordre des Haemosporidia chez les vertébrés des classes des oiseaux, reptiles et mammifères dans deux hot spots de biodiversité, à Madagascar et au Cambodge. Un atlas des Haemosporidia de la faune sauvage de Madagascar et du Cambodge a été constitué pour mettre à disposition nos données. L’aspect moléculaire a concerné la caractérisation et l’identification avec quatre marqueurs moléculaires (cyt b, tufA, ldh et cox 1) des parasites. L’utilisation de différents marqueurs moléculaires a permis de comparer leurs degrés d’informations phylogénétiques et de montrer que les gènes mitochondriaux, cyt b et cox 1 permettaient une meilleure résolution des constructions phylogénétiques que celles réalisées avec le gène de l’apicoplaste tufA ou le gène nucléaire ldh. Les analyses phylogénétiques, ont permis de mettre en évidence des évènements de capture d’hôte entre deux classes de vertébrés, les oiseaux et les mammifères (chauves-souris). Un scénario de coévolution hôte parasite a été proposé pour les Plasmodium des primates (incluant P. Falciparum chez l’homme) et la famille d’hôte des Hominidae. Une estimation de la datation de l’apparition de P. Falciparum entre 7 et 9 millions d’années a été déduite de ce scénario. P. Ovale partagerait un ancêtre commun le plus récent avec un Plasmodium de chimpanzé. Enfin, les grands singes africains se sont révélés de potentiels réservoirs pour trois des quatre espèces plasmodiales infectant l’homme (P. Falciparum, P. Ovale et P. Malariae)


  • Résumé

    This thesis contributes, in using morphological, molecular and phylogenetic aspects to a better understanding of the Haemosporidian parasite diversity in vertebrate classes of birds, reptiles and mammals in two biodiversity hot spots, Madagascar and Cambodia. An atlas of Haemosporidia in wildlife of Madagascar and Cambodia has been realised to make available these data for public use. The parasites isolated have been characterized and identified with four molecular markers (cyt b, tufA, ldh and cox 1). The phylogenetic signal of each molecular marker has been evaluated. The mitochondrial genes, cyt b and cox 1 could carry a phylogenetic signal sufficient to conduct phylogenetic tree analyses comparing to tufA apicoplaste gene and ldh nuclear gene. The phylogenetic analyses highlighted host switches events between two vertebrate host classes, birds and mammals (bats). A co-evolutionary host parasite scenario bas been proposed for primate Plasmodium (including P. Falciparum in human) and Hominidae host family. A estimation of the emergence of P. Falciparum between 7 and 9 millions years has been deduced from this evolutionary scenario. P. Ovale would share a most recent common ancestor with a chimpanzee Plasmodium. Finally, greats apes could appear as a potential reservoirs for three of the four human Plasmodium (P. Falciparum, P. Ovale et P. Malariae)

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (204 f.-pagination multiple)
  • Annexes : Bibliogr. p. 176-200

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2007 -- 19
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.