Estructuras de organización para el desarrollo socioeconómico local : la comunidad artesanal

par María de Lourdes Brindis Almazan

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Raúl Conde Hernández et de Henri Savall.

Soutenue en 2007

à l'Universidad autónoma metropolitana (Mexico) en cotutelle avec Lyon 3 .

  • Titre traduit

    Structure of organization for the socioeconomic development : the artisan community


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Comment faire pour qu'une communauté artisanale devienne efficace, du point de vue social et économique, sans qu'elle réponde pleinement aux paramètres du modèle socioéconomique globalisateur ? Cette recherche se propose de trouver les bases structurelles (actions et conditions) de l'efficacité des communautés artisanales ayant un développement économique favorable. Le point de départ se caractérise par le fait que quand ces communautés disposent d'un capital social et de connaissance qui les rendent expertes en leur matière de travail et efficaces dans leur développement socioéconomique, elles ne peuvent pas compter sur l'appui institutionnel nécessaire qui leur permette d'amplifier leurs capacités ; elles se trouvent alors reléguées à n'avoir qu'un statut d'organisations d'auto emploi. Le résultat attendu est : identifier de manière claire les variables qui entrent en jeu pour l'efficacité des communautés, parmi lesquelles se trouvent les actions particulières des acteurs de la communauté et les conditions dans lesquelles ces actions prennent effet. On formule l'hypothèse selon laquelle ces actions peuvent s'acheminer vers la création d'un capital relationnel, par la création de réseaux informels qui rendent possible, même dans des conditions adverses, d'obtenir des moyens matériels et sociaux nécessaires à l'activité, ainsi que d'un capital de connaissance transmis de génération en génération apte à fournir un savoir faire unique concernant le maniement et l'utilisation de la matière première. L'objectif théorique consiste à identifier des variables inters organisationnels, observables dans des réseaux qui se forment dans une communauté productive, lesquels jusqu'à maintenant n'ont pas été étudiés et qui sont susceptibles de représenter des facteurs d'activité, citons pour exemple les relations informelles, la transmission de la connaissance, les conditions socio environnementales de la communauté. Nous n'avons disposé que d'études comparatives qui parlent de la différence de la capacité d'exercice des organisations formées dans un milieu communautaire avec celles qui se sont constituées dans un espace moins communautaire. Cependant l'analyse des facteurs clé (variables) qui interviennent, n'a pas été approfondie L'objectif pratique concerne la démonstration de la potentialité de ces organisations à survivre et générer des ressources économiques suffisantes (souci d'efficacité) pour dynamiser le développement socioéconomique de la communauté. En obtenant ce résultat nous prétendons démontrer aux institutions la rentabilité socioéconomique, pour l'état ou la région, le fait de soutenir efficacement la commercialisation et la croissance de ces communautés, ce qui aura pour effet de diminuer les coûts sociaux et économiques causés par la migration vers le centre du pays. Nous souhaitons réveiller l'intérêt de ces instituions responsables du développement de la région afin qu'elles fassent un usage plus dirigé des ressources pouvant bénéficier à un plus grand nombre de personnes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (xvii-310 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 301-310 (vol. 1) et f. -78 (vol. 2). Lexique

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.