Le reste et la promesse : étude ethnographique d’une tradition monastique orthodoxe en France

par Laurent Denizeau

Thèse de doctorat en sociologie et anthropologie

Sous la direction de François Laplantine.

Soutenue en 2007

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Lieu commun du religieux, la tradition façonne les relations que les acteurs entretiennent avec leur passé dans l’exercice actuel du vivre-ensemble. Le vivre-ensemble monastique, c’est d’abord une modalité d’être en commun qui puise dans les représentations de la tradition pour faire ressortir, au-delà des appartenances locales, un lien à même d’unir les acteurs aux générations passées pour former « l’Eglise ». Le monachisme abordé dans ce travail se définit en premier lieu par une localité, puisqu’il y est question d’une « tradition » située géographiquement : le Mont Athos en Grèce. Mais cette localité se trouve paradoxalement déterritorialisée : les acteurs que nous rencontrons s’inscrivent bien dans la tradition monastique du Mont Athos… mais en France. Dans un tel contexte, la tradition se trouve moins liée à une localité qu’à un réseau d’acteurs à même d’inscrire leurs engagements au sein d’une communauté élargie. Notre réflexion se concentre autour de l’usage de la notion de tradition dans les formes actuelles de construction du lien social dans le champ religieux. Cette notion nous conduit à envisager l’expérience religieuse comme une expérience de la présence de Dieu qui s’édifie au travers de l’expérience des autres, dans un jeu de médiation dont les modalités visent à re-présenter les absents et ce qu’ils ont à dire aux présents.

  • Titre traduit

    The remnant and the promise: An ethnographic study of an Orthodox monastic tradition in France


  • Résumé

    Usual for monks, tradition shapes the relationship actors keep alive with their past through living together in the present. Monastic communal living is firstly a way of being together which draws from the representations of tradition which are then re-represented, beyond the local, a link that even unites actors from past generations to form the ‘Church’. Monkhood referred to in this work is defined firstly by a place, since it is a question of a ‘tradition’ situated geographically: Mount Athos in Greece. But this place is paradoxically deterritorialized: the actors that we will meet immerse themselves in the monastic tradition of Mount Athos… but in France. In such a context, tradition is connected less to a place than to a network of actors engaged in the heart of an enlarged community. Our reflection focuses on the practice of the notion of tradition in the present forms of constructing social links in the field of religion. This notion leads us to envisage religious experience as an experience of the presence of God which enlightens through the experience of others, in a game of mediation in which the modalities aim to re-represent those absent and what they have to say to those present.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (f. 1-400, f. 401-515)
  • Annexes : Bibliogr. f. 282-400. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université catholique de Lyon. Bibliothèque universitaire Henri de Lubac.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : CIE / THE DEN
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.