Fleuves et action urbaine : de l’objet à l’argument géographique : le Rhône et la Saône à Lyon, retour sur près de trente ans de « reconquête » des fronts d’eau urbains

par Claire Gérardot

Thèse de doctorat en Géographie, aménagement et urbanisme

Sous la direction de Franck Scherrer.

Soutenue en 2007

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Les changements actuellement subis par de nombreux fronts d’eau urbains, maritimes ou fluviaux, portuaires ou non, constituent un phénomène majeur de l’urbanisme contemporain, souligné par de nombreux auteurs comme par l’émergence d’un vocabulaire spécifique, riche en préfixe - re (« reconquête », « retrouvailles », « réconciliation », « redécouverte », etc. ), le distinguant de la simple réaffectation de délaissés urbains. En tant que déclinaison particulière de l’action urbaine contemporaine, cette réévaluation de la relation ville / fleuve constitue une clé de lecture originale des processus plus généraux de production de l’espace urbain. Que signifie aujourd’hui cette volonté de « reconquérir » le fleuve urbain ? Comment cette préoccupation émerge-t-elle sur l’agenda politique local ? Portée par quels acteurs ? Par quels objectifs ? Dans quelle mesure s’articule-t-elle avec une intention plus globale pour la ville ? En quoi est-elle révélatrice des mécanismes contemporains de fabrication de la ville ? Lyon se révèle, au regard de ces interrogations, un terrain d’étude particulièrement adapté. De l’épaisseur « géographique » (deux fleuves, un confluent, quatre façades fluviales) et « historique » (trente ans pour un processus immédiatement contemporain) attachée à la relation ville / fleuve découlent en effet des opérations de « reconquête » riches et variées qui permettent d’enrichir les débats entourant la réaffectation de ces espaces urbains stratégiques. Ainsi seront analysées les manifestations de ce que l’on appelle aujourd’hui communément la « reconquête » des fleuves et fronts d’eau urbains, sur le plan tant de l’urbanisme et de l’architecture que des usages ou des représentations, dans une perspective, notamment, d’évaluation de celle-ci en tant que « rupture » ou « renouvellement ». Mais l’objectif principal n’est pas, ici, de proposer une nouvelle monographie illustrant, par un retour exhaustif sur la lente transformation des fronts d’eau lyonnais, un processus déjà abondamment décrit et analysé. Si cette étape reste nécessaire, afin de mieux cerner le phénomène dans toutes ses implications, matérielles comme idéelles, notre recherche se fonde avant tout sur une approche « compréhensive » de ce dernier, visant à en dégager le sens, notamment au niveau de l’action sur la ville. L’intérêt du cas lyonnais est, de ce point de vue, d’autoriser une lecture généalogique critique de cette « ré-émergence » de l’espace fluvial lyonnais au cœur des préoccupations urbaines, de comprendre comment, et avec quelles implications, un objet géographique, la relation ville / fleuve, est devenu, à Lyon, un objet politique servant de support à un programme d’action urbaine. Notre propos n’est cependant pas de proposer une analyse exclusivement politique de la « reconquête » du Rhône et de la Saône à Lyon (étude des mécanismes de décision, mise en évidence des systèmes d’acteurs en jeu, évaluation des forces et faiblesse de ce qui s’apparente à un véritable programme d’action…), même si nous reviendrons, par exemple, sur l’émergence de celle-ci en tant qu’objet politique. Nous chercherons bien davantage, dans une perspective plus interprétative qu’heuristique, à comprendre pourquoi et comment la relation ville / fleuve a été, à Lyon, repensée en problème politique, dans quels buts, selon quels objectifs et avec quelles visées pour l’ensemble du territoire urbain.


  • Résumé

    Current evolutions affecting many urban river and waterfronts are a key aspect of contemporary urban planning, which has been pointed out by many scholars as by the emergence of a specific vocabulary (“redevelopment”, “rediscovery”, “reconquest”, “reconciliation”) that distinguishes it from basic regeneration of urban wastelands. As a form of contemporary urban action, this redefinition of the relationship between town and river offers a new way to analyze modern urbanizing process. How to interpret this desire to recover the urban river? How does this new concern emerge on the local political scene? Under the influence of what actors? Of what purposes? To what extent is it linked with a broader intent for the city? To what extent reveals it contemporary mechanisms manufacturing in the city ? In that perspective, the French town of Lyon is a highly relevant study case. With two rivers (the Rhone and the Saone), one confluence and four riverfronts, with a reclaiming of riverfronts which is already a three decades story, the example Lyon indeed allows to feed the debate about the rehabilitation of such strategic urban areas. Thus this work analyzes the restoration of Lyon’s riverfronts looking through architecture and urbanism, functions and mentalities, rating it, in particular, as a “break” or “renewal”. We but don’t want here to propose a new monograph illustrating, through a thorough review of their slow transformation over the last 30 years, an already well documented and analysed process. We want to go further, in order to understand the meaning of this redevelopment and what it implies in terms of urban planning. From that point of view, the interest of the case of Lyon is to authorize a genealogical and critical reading of the emergence of Rhone and Saone at the heart of urban concerns. Above a strictly political analysis of this process of riverfront redevelopment in Lyon, we will seek first to understand how a geographical object (the relationship between town and river) has become a political problem supporting an urban action program, for what purposes and with what goals set for all the urban territory. In doing so, we will see how this geographical object has become a rhetorical argument which is mobilized in the service of action on the city.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (557 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 424-450

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.