La réforme des cadres de l’action publique ou la fabrique d’un « nouveau » corps des Ponts et Chaussées : impératifs managériaux, logiques administratives et stratégies corporatistes (fin du XXe siècle)

par Julie Gervais

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Gilles Pollet.

Soutenue en 2007

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Le Journal officiel du 16 avril 2002 annonce la création d’un nouveau grand corps de l’État dont les statuts regroupent les anciens corps des Ponts et Chaussées, de l’Aviation civile, de Météo France et de l’Institut géographique national. Créé en 1716, le corps des Ponts et Chaussées réapparaît ainsi sous le même nom mais avec des contours redéfinis. Cette fusion des quatre corps techniques supérieurs du ministère de l’Équipement s’accompagne d’une longue réflexion sur l’identité de cette nouvelle entité, à laquelle il s’agit désormais d’insuffler un « esprit de corps » propre à unifier ses membres. C’est dans la figure de l’« ingénieur manager » que ces hauts fonctionnaires entendent l’incarner. Dans cette perspective, une vaste réforme des enseignements est entreprise au sein de l’École nationale des Ponts et Chaussées, qui vise à la création d’une formation initiale au management de l’action publique. Ce processus de réforme, qui s’étend sur plus de sept années, est mené au nom de l’impératif managérial et sous les auspices de la « modernisation » de l’État. Il révèle néanmoins, à l’analyse, des enjeux d’un autre ordre, mêlant des logiques corporatistes et administratives qui s’opposent et se complètent tout au long de cette fabrique. Étudier cette « réforme des cadres de l’action publique » (au double sens du mot « cadre »), c’est restituer les enjeux symboliques et matériels des négociations interministérielles sur les statuts, c’est également mettre au jour les attendus stratégiques et les intérêts différentiels de la revendication d’une identité propre au corps des Ponts, c’est enfin donner à voir les représentations de l’action publique véhiculées par une formation au management des cadres qui s’apprêtent à la produire et à la mettre en œuvre. L’analyse de chacune des scènes où elle se construit révèle combien cette réforme ne participe pas d’un tournant néolibéral mais relève d’un processus inverse qui voit des agents de l’État tenter, au nom de l’impératif managérial, de se renforcer et de « remettre l’État au centre ».

  • Titre traduit

    Reforming public action frameworks and executives or the making of a “new” corps des Ponts et Chaussées — Managerial dictates, administrative rationale, and corporatist strategies (in the late 20th century)


  • Résumé

    On 16 April 2002, the French Journal officiel announced the creation of a new grand corps merging the former Ponts et Chaussées, Aviation Civile, Météo France and the Institut geographique national. Founded in 1716, the Ponts et Chaussées thus re-emerged in a completely redefined form if under the same name. The merger of these four high ranking French civil servants attached to the Ministry of Equipment was accompanied by an in-depth reflection on the identity of the new grand corps. The model favoured by these civil servants was that of ‘managing engineers’. Accordingly, the teaching content of the national school of the Ponts et Chaussées was entirely revamped to favour a focus on public management. It took seven years to move from the initial formalisation of the fusion process to the development of a new unified training approach. It has been claimed that this reform answers a need for enhanced managerial competence as part of the wider modernisation of the state. This study reveals a number of other essential factors that shaped the reform; these factors resulted from the interaction of corporatist and administrative logics. The focus on this reformed framework and the changing status of these high-ranking civil servants underlines the importance of inter-ministerial negotiations, and bargaining between the body itself and the rest of the state apparatus. It points to tensions in relation to symbols and resources, identities and self-perceptions, strategies and interests. Perhaps even more importantly, the study reveals the images that were embraced in the course of attempts to reshape perceptions regarding the role of the state and appropriate public action in the light of managerial needs. The systematic study of this interaction between managerial ethos and civil service values points to a reform which embodies the attempts of civil servants to use public management to reassert and reinforce their position, and to ‘bring the state back in’.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (759 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 728-748

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Ecole des Ponts ParisTech (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne). La Source - Bibliothèque de l'Ecole des Ponts.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : NS 31731
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.