Le cardinal de Bonald et la question du travail (1840-1870)

par Gabriel Mas

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Christian Sorrel.

Soutenue en 2007

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette thèse montre comment un évêque issu de la noblesse légitimiste a voulu répondre au défi de la révolution industrielle et des transformations sociales qui marquèrent la région lyonnaise au milieu du XIXe siècle. Devenu archevêque de Lyon (1840-1870), Mgr de Bonald encouragea prêtres, religieux et laïcs de son diocèse à toutes les formes d’apostolat auprès des travailleurs. Il profita du dynamisme de l’élite catholique féminine lyonnaise qui, entre autres, assurait dans ses providences l’encadrement chrétien des enfants pauvres. Mais, comme les ouvriers soyeux des ateliers de la Fabrique lyonnaise se plaignaient de la concurrence déloyale provoquée par le travail qu’on y effectuait, l’archevêque préféra la formule des usines-internats installées à la campagne. Il soutint surtout les œuvres catholiques sociales naissantes comme celle des patronages d’apprentis de la Société de Saint-Vincent-de-Paul ou de la Société de Saint-François-Xavier qui s’adressait aux ouvriers adultes. Il soutint également les initiatives audacieuses des abbés Rambaud et Chevrier dans le quartier ouvrier de La Guillotière et fonda un grand nombre de paroisses dans les nouvelles zones urbanisées.

  • Titre traduit

    Cardinal de Bonald and the work problems (1840-1870)


  • Résumé

    The aim of this thesis is to show how a bishop born to the true nobility wanted to take up the challenge set by the industrial revolution and the social changes which had a great impact on the Lyon area in the middle of the nineteenth century. Archbishop of Lyon from 1840 to 1870, Monseigneur de Bonald encouraged priests, monks, nuns and laymen in his diocese to develop all types of ministry for the workers. He took advantage of the dynamism of the elite of the Catholic women of Lyon who among other things, were responsible in its providences for the Christian training of poor children. But since the silk manufacturers of the Lyon workshops complained about the unfair competition caused by the work carried out in the providences, the archbishop favoured “boarding” factories set in the country. Above all, he supported the newly created social Catholic charities, such as the patronages for the apprentices run by the Saint Vincent de Paul society or by the Saint François Xaxier society which was dedicated to adult workers. He also supported the daring initiatives of Father Rambaud and Father Chevrier in the working-class district of la Guillotière, and created a great number of parishes in the recently urbanized districts.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (539 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 508-537

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (Lyon). centre de documentation du LARHRA.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.