La reconstruction cognitive de la parole dégradée : étude de l'intelligibilité comme indice d'une capacité cognitive humaine

par Claire Grataloup

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-Marie Hombert.

Soutenue en 2007

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Ces travaux se sont intéressés au phénomène de la compréhension de la parole dégradée. Grâce aux approches conjointes de la psycholinguistique et de la neurophysiologie, des études comportementales et des tests auditifs ont été menés chez des participants adultes sains et chez des participants adultes dyslexiques. Les mesures comportementales ont exploré les capacités des participants à reconstruire de la parole dégradée artificiellement. Deux types de dégradations de la parole ont été utilisées: l'inversion temporelle du signal et la parole dans la parole. Les résultats montrent l'existence d'une capacité cognitive à reconstruire de la parole dégradée qui dépend du niveau d'altération du signal d'origine, mais également de paramètres internes au système cognitif, et propres à chaque individu, tels la capacité d'activation des mécanismes lexicaux, et peut être la latéralisation hémisphérique. Les caractéristiques psycholinguistiques des mots à restituer conditionnent leur compréhension en situation de perception difficile, de même que les caractéristiques psycholinguistiques du contenu lexical du bruit concurrent lors de la perception de la parole dans la parole. Les tests auditifs cliniques ont permis de mettre en évidence des corrélations entre la latéralisation des voies auditives descendantes des participants et leurs capacités à comprendre de la parole dégradée. Les résultats des patients dyslexiques ont montré des performances réduites pour reconstruire de la parole dégradée associées à un profil symétrique des voies auditives descendantes. Ces résultats sont interprétés en faveur de l'hypothèse d'un lien entre asymétrie cérébrale et capacités langagières.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Cognitive reconstruction of degraded speech : a study of intelligibility as an index for a human cognitive capacity


  • Résumé

    This study investigated degraded speech comprehension. Using psycholinguistic and neurophysiologic approaches, behavioural studies and auditory tests were conducted among healthy adult participants and dyslexic adult participants. Behavioural experiments explored the participants' abilities to restore artificially degraded speech. Two types of degradation were used : reversed speech and speech in speech. The results evidence a cognitive capacity to reconstruct degraded speech that depends on the degradation level of the original speech signal but also on some cognitive system parameters. These parameters are specific to each individual, such as the ability to activate lexical mechanisms and possibly the hemispheric lateralization. Psycholinguistic characteristics of target words affect their comprehension in a situation where speech is difficult to understand. During speech in speech perception, psycholinguistic characteristics of words from the competing babble influence the target's restitution. Auditory tests have shown correlations between the participants' lateralization of auditory descending pathways and their abilities to understand degraded speech. Results from dyslexic individuals in the reconstruction of degraded speech exhibit reduced performances associated with a symmetric pattern of descending auditory pathways. These results support the hypothesis of a link between cortical asymmetry and language processing skills.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (247 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 213-229. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.