La question de l’engagement chez Roger Martin du Gard

par Hélène Baty-Delalande

Thèse de doctorat en Lettres et arts

Sous la direction de Jean-François Louette.

Soutenue en 2007

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Dans le contexte de l’émergence d’une pensée de l’engagement chez les écrivains (1910-1945), les pratiques discrètes et les représentations réticentes de Martin du Gard sont remarquables. Ses écrits personnels dessinent la vocation privée d’un « romancier objectif » qui se pense en « spectateur du monde » mais s’interroge sur une éthique de l’engagement dans l’écriture. Voulus sans parti pris, ses romans s’attachent à l’Histoire, aux crises politiques et sociales, et suscitent une réception polémique : l’équivoque d’un engagement dénié mais reconnu par le lecteur y est à la fois historique et structurelle. Romans de discours, Jean Barois, la fin des Thibault et Maumort déclinent des incarnations de « l’inquiétude humaine » (religion, questions politiques) et des inscriptions de « l’homme contemporain » (affaire Dreyfus, socialisme, pacifisme, guerres, nazisme). Les scénographies critiques des discours inscrits portent une pensée complexe de la rhétorique, qui participe d’une interrogation fondamentale sur le politique, avec ses apories (l’absence de voix populaires) et ses creux significatifs (le silence, au cœur de la logorrhée idéologique). La poétique ironique du récit permet une écriture pudique du politique, qui se glisse dans les failles d’un effacement incomplet de l’auteur, comme un engagement dérobé. Motif essentiel des romans, l’engagement des personnages en affecte les structures profondes jusqu’à bouleverser leur interprétation. Face à une modernité qui affronte l’engagement comme nouvelle donne politique et romanesque, le romancier choisit la désillusion lyrique et module les effets d’un romanesque pathétique au-delà de tout ancrage idéologique.


  • Résumé

    When the problematic of political commitment and literary engagement by the French writers emerges (1910-1945), Martin du Gard’s choice to stay in the background is striking. His diary and letters reveal the private vocation of an « objective novelist », who goes through history as a « spectator », wondering about an ethics of engagement. His supposedly unbiased novels deal with history, political and social crises, and are considered controversial. Discursive novels, Jean Barois, the end of the Thibault and Maumort, describe human anxiety (religion, politics) and the contemporary man (Dreyfus’ trial, socialism, pacifism, wars, Nazism). Critical scenographies of discourses underlie thoughts about rhetoric and politics, with unsolved difficulties (no popular voices) and significant patterns (silence). An ironical poetics allows a discreet writing of politics when the shadow of the author appears, like a paradoxical engagement. An essential theme in the novels, the characters’ commitment alters their structures and their significations. Faced by the modern question of literary engagement and political commitment, the novelist chooses a lyrical and pathetic disillusion, beyond ideology.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1-774 p., [775 ]-996 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. [775]-819

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.