Le rôle de la syllabe chez l'apprenti lecteur de langue maternelle française

par Caroline Censier-Calmus

Thèse de doctorat en Psychologie cognitive

Sous la direction de Annie Magnan.

Soutenue en 2007

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette recherche est consacrée à l'étude de l'apprentissage de la lecture en français et plus précisément au rôle de la syllabe dans cet apprentissage. De nombreuses études se sont intéressées à la syllabe chez l'adulte comme unité de traitement de l'oral. Chez l'enfant le rôle de la syllabe dans l'apprentissage de la lecture a été mis en évidence par Colé, Magnan et Grainger (1999). Cependant, les travaux de Content, Meunier, Kearns, et Frauenfelder (2001) ont remis en question la pertinence de la syllabe antérieurement définie comme unité de traitement de l'oral chez l'adulte (Mehler, Dommergues, Frauenfelder, & Segui, 1981). Content et al. , (2001), ont en effet montré que l'effet de compatibilité syllabique ne s'observait qu'avec des syllabes dont la consonne pivot appartenait à la classe des liquides. Notre objectif a donc été d'étendre l'étude de l'effet syllabique tel que décrit par Colé et al. (1999) dans une tâche de détection de cible, mais en l'étendant comme Content et al. (2001), à plusieurs classes de consonnes pivot. Nous avons donc testé l'effet de compatibilité syllabique en modalité visuelle, et, ce qui constitue une originalité de notre travail, en modalité auditive. Notre hypothèse était que la syllabe de l'oral, parce qu'elle représente une unité facilement manipulable par l'enfant avant apprentissage formel de la lecture, pourrait constituer une unité d'appariement entre le code oral et le code écrit, une fois les correspondances grapho-phonologiques maîtrisées. Nous avons testé des enfants de différents niveaux de lecture, enfants faibles et bons lecteurs, dans différents niveaux d'enseignement, CE1 et CM1. En modalité visuelle, les résultats ont mis en évidence un traitement séquentiel lettre à lettre pour les enfants faibles lecteurs, tandis qu'un effet de compatibilité syllabique a été observé chez les lecteurs de bon niveau, indépendamment du nombre d'années d'enseignement. De plus, cet effet n'était pas circonscrit aux consonnes pivot liquides. En modalité auditive, les résultats ont également montré un effet de compatibilité syllabique, plus marqué pour les enfants de CE1 faibles lecteurs et les enfants de CM1 lecteurs de bon niveau. Suite à ces résultats, et compte tenu du manque d'étude en langue française portant sur des entraînements spécifiques d'aide à l'apprentissage de la lecture, nous avons élaboré deux logiciels d'aide à cet apprentissage. Le premier logiciel, Syllabius 1, était consacré à la manipulation de l'unité grapho-syllabique. Le second, Syllabius 2, était consacré à la reconnaissance globale du mot. Les résultats des post-tests immédiat et différé de ces deux entraînements ont montré que les enfants ont davantage progressé avec Syllabius 1, et que leurs performances se maintenaient dans le temps. L'unité syllabique peut donc être considérée comme une unité fonctionnelle dans l'apprentissage de la lecture, et constituer une étape dans la trajectoire développementale de cet apprentissage. Lorsque cette étape est défaillante, un entraînement informatisé peut aider l'enfant à pallier un appariement déficient entre code oral et code écrit.

  • Titre traduit

    Syllable's role at beginning readers in the French language


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The aim of this research is to study the mechanisms of reading development by French children, and more precisely the role of the syllabic unit in reading acquisition. Numerous studies were interested in the syllable role at the adult as unit of spoken word recognition. At the child the role of the syllable in learning to read was put in evidence by Colé, Magnan and Grainger (1999). However, the study of Content, Meunier, Kearns, and Frauenfelder (2001), argue against the hypothesis of an early syllabic treatment in spoken word recognition (Mehler, Dommergues, Frauenfelder, & Segui, 1981). Indeed these authors showed that the syllabic effect was restricted to syllables with liquids pivotal consonants. Our goal was so to assess the syllabic effect such as describes by Colé and al. (1999) but by spreading it, as Content and al. (2001), in several pivotal consonants. We so tested the syllabic effect in visual word recognition, and what constitutes an originality of our work, in spoken word recognition, by children. Our hypothesis was that the syllable of the spoken code, because it is a unit early handle by the child, could constitute a unit of matching between the spoken code and the written code, once the grapheme-to-phoneme associations mastered. We tested children of various levels of reading, weak and good readers, in various levels of education, from CE1 and CM1. In visual modality, results showed a grapheme-phoneme match to perform the task at the weak readers, whereas a syllabic effect was observed at the good readers, regardless of years of education. Furthermore, this syllabic effect was not confined in liquids pivotal consonants. In auditory modality, results also showed a syllabic effect, especially for the weak readers from CE1 and the good readers from CM1. In support of these results, and considering the lack of study in French language concerning computer assisted learning for reading, we designed two softwares to help children in this learning. The first one, Syllabius 1, was dedicated to the manipulation of the grapho-syllabic unit. The second one, Syllabius 2, was dedicated to the whole word recognition. Results of the immediate and delayed post-tests from these two trainings showed that children trained with Syllabius 1 progressed more, and more rapidly than children trained with Syllabius 2. Syllabic unit can be so considered as a functional unit in learning to read, and could constitute a stage in the developmental way of this learning. When this stage is failing, a computerized training can help the child to manage an efficient matching between spoken code and written code.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (299 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 224-256. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.