L’oeuvre pour violon d’Antonio Vivaldi, "Ossia il violino in maschera"

par Olivier Fourés

Thèse de doctorat en Lettres et arts. Musicologie

Sous la direction de Anne Penesco.

Soutenue en 2007

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Même à l’heure où sa musique vocale suscite de plus en plus d’intérêts, Vivaldi reste avant tout perçu comme un compositeur virtuose du violon. Rien de plus normal, après tout, si l’on considère la réputation de violoniste qu’il avait de son vivant, mais aussi le fait que plus de la moitié de ses compositions emploient un violon soliste, et bien plus du tiers lui sont exclusivement destinées. Paradoxalement, pourtant, ce corpus violonistique est aujourd’hui le plus mal connu et diffusé de tous les domaines de composition du musicien. Si le répertoire violonistique programmé lors des concerts actuels ou bien étudié dans les conservatoires, montre clairement que la popularité vivaldienne n’est fondée que sur un nombre très limité de compositions, aucune étude approfondie relative à ce corpus n’a également jamais été entreprise. Cette thèse cherche donc à préciser l’image du violon vivaldien, afin de dégager d’abord un point de vue, particulier certes, mais incomparablement précis, concernant l’état du violon au début du XVIIIe siècle, de mettre ensuite en évidence que ce point de vue, bien que formé sur des bases anciennes, devait devenir le fondement de tous les courants violonistiques postérieurs, qu’il s’avère en outre avoir été l’un des moteurs les plus puissants de l’évolution de la forme concertante et de l’identité virtuose, et enfin, qu’il correspond à l’illustration d’une personnalité et d’une culture tout à fait remarquables, dont les philosophies permettent sans doute d’alimenter efficacement les débats actuels relatifs à la situation du violon, mais aussi à celles de l’interprétation, de l’enseignement, de l’expression et de la création artistiques en général.


  • Résumé

    Although his vocal music attracts growing interest day by day, Vivaldi is perceived primarly as a composer for, and a virtuoso of, the violin. This is entirely natural, after all, if we consider the reputation as a violinist that he enjoyed during his lifetime and that more than half of his works employ a solo violin, while over a third make it the sole solo instrument. Paradoxically, however, this corpus of violin music is today the least well known and disseminated of all Vivaldi’s domains of composition. If the violin music that is studied in conservatories and programmed in concert halls shows clearly how his popularity rests on a very small number of works, no study of this corpus has neither been undertaken. This thesis triies to precise the picture of Vivaldi’s violin, to put first in evidence a point of view, particular of course, but incomparably precise, concerning the state of the violin at the beginning of the 18th century, to show then that this point of view, although constructed on old basis, had to become the foundement of all posterieur violin tendances, that it corresponds on another hand to one of the strongest impuls of concerto form and virtuosistic identity, and finally that it illustrates a personnality and a culture highly particular, whose philosophies can still be taken in consideration in actual debates concerning violon state, but also artistic interpretation, teaching, expression and creation in general.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (597-[300] f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 569-579. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.