Les expéditions coloniales vers Saint-Domingue et les Antilles (1802-1810)

par Matthieu Brevet

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Olivier Zeller.

Soutenue en 2007

à Lyon 2 .


  • Résumé

    On a beaucoup étudié, disséqué même, les armées révolutionnaires, consulaires et impériales d’Europe, leur consacrant de multiples ouvrages. Mais les corps expéditionnaires de la Guadeloupe, de la Martinique et de Saint-Domingue, envoyés en 1802 paver la route au rétablissement de l’esclavage, n’ont jusqu’à présent pas fait l’objet d’un tel intérêt. Cette étude se penche particulièrement sur le corps des officiers supérieurs de ces expéditions, des chefs de bataillons aux capitaines-généraux, mais également sur les simples troupes, bataillon par bataillon, ayant servi aux Antilles et à Saint-Domingue entre le 4 février 1802 (débarquement des troupes de Leclerc à Saint-Domingue) et le 6 février 1810 (capitulation de la Guadeloupe) : elle entend mettre en évidence les motivations qui ont pu les pousser à s’engager dans cette aventure ou qui les ont vus contraints d’y participer ; leur état d’esprit ; leur expérience ; leurs états d’âme, s’ils en avaient, sur la mission déloyale qu’ils entreprenaient à l’égard d’hommes se battant sous les mêmes drapeaux qu’eux ; leur vision personnelle de la situation sur place ; et enfin leur destinée, dans les colonies et jusqu’à la chute de l’empire … Le but de ces recherches étant de déterminer si ces expéditions coloniales furent, comme le prétend la légende, un outil politique destiné à permettre à Napoléon de se débarrasser de ses opposants, et si oui dans quelle mesure ?


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Revolutionnary, consulate or imperial armies in Europe have already been studied a lot, many books being dedicated to them. But the Guadeloupe, Martinique and Santo Domingo’s expeditionnary corps, sailing from France in 1802 to pave the way to the re-establishing of slavery, have been of no such interest to most historians yet. The present study is taking particular interest in the superior officiers corps, from battalion commanders to captain-generals (military governor), but also in the mere troops, battalion per battalion, which served in the Antilles and Santo Domingo from February 4th, 1802 (landing of Leclerc’s troops at Santo Domingo) and February 6th, 1810 (capitulation of Guadeloupe) : it intends to highlight the motivations which may have determined this men to willingly enlist for such an adventure, or have press-ganged them into participating to it ; their state of mind ; their experience ; their qualm, if they had any, about the disloyal mission they were undertaking to men which had been fighting under the same flag as them ; their personnal insight about the local situation ; and finaly, their destiny, in the colonies but also to the twilight of the Empire … The goal of his studies being to determine if this colonial expeditions have been, as legend has it, a political tool intended to allow Napoleon to get rid of his opponents, and if yes, in which measurement.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (563 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 548-558

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.