Mécanismes cellulaires et moléculaires de croissance t de guidage des axones olfactifs : implication de Nogo-A/NgR et des protéines STOP

par Marion Richard

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de François Jourdan et de Véronique Pellier-Monnin.

Soutenue en 2007

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Au cours du développement du système nerveux, les neurones établissent des connexions entre eux selon des règles topographiques précises. C'est notamment le cas dans le système olfactif où les neurorécepteurs de l'épithélium olfactif se projettent sur le bulbe olfactif selon une carte réceptotopique précise. Mon travail de thèse a porté sur les mécanismes cellulaires et moléculaires régulant la croissance et le guidage des axones olfactifs. Dans un premier temps, nous nous sommes intéressés au rôle potentiel du couple ligand/récepteur Nogo-A/NgR. Nous avons pu montrer, grâce à des analyses menées in vivo et in vitro, que la protéine Nogo-A était présente au sein des axones olfactifs en croissance au cours du développement ainsi que chez l'animal adulte. Nous avons également mis en évidence une expression transitoire de Nogo-A dans les dendrites des neurones relais bulbaires. Cette expression apparaît restreinte à la première semaine post-natale, période de mise en place des connexions synaptiques au sein des glomérules olfactifs. Notre étude a ensuite porté sur la localisation de NgR, le récepteur de Nogo-A, et de ses deux homologues, NgR2 et NgR3. Ces trois récepteurs sont exprimés par les neurorécepteurs olfactifs au cours du développement et localisés préférentiellement dans les axones olfactifs. Nos résultats permettent de proposer de nouvelles fonctions pour Nogo-A et NgR, en conditions phyiologiques, indépendamment l'un de l'autre ou en couple. Ces nouvelles fonctions font intervenir l'expression de Nogo-A, au sein du neurone lui-même, et pourraient concerner la croissance des neurites et l'établissement des connexions synaptiques épithélio-bulbaires. Dans un deuxième temps, nous avons étudié l'implication des protéines STOP (Stable Tubule Only Polypeptide), protéines connues pour leur rôle stabilisateur des microtubules. Nous avons mené une étude exhaustive de l'expression des protéines STOP dans le système olfactif du rat au cours du développement. Les deux isoformes neuronales de STOP (E- et N-STOP) sont détectées dans les axones olfactifs, l'isoforme adulte (N-STOP) n'apparaissant que port-natalement. Au sein de la couche des nerfs du bulbe olfactif, il existe un gradient de distribution des protéines STOP qui varie selon les isoformes. Ces différents gradients suggèrent un rôle des protéines STOP dans la dynamique du cytosquelette qui sous-tend les processus de défasciculation et refasciculation des axones olfactifs au sein de la couche des nerfs ainsi que l'adressage final des axones au sein du glomérule. Nous n'avons cependant pas identifié de défauts majeurs de la croissance des axones olfactifs STOP-/- in vitro ni de l'organisation de la couche des nerfs et de la couche glomérulaire du buble ofactif des souris STO-/- in vivo


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (317 p.)
  • Annexes : Références bibliogr. p. 289-317

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2007/82bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.