Intégration sociale des populations marginales sur le littoral breton au XVIIIe siècle

par Morgane Vary

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Gérard Le Bouëdec.

Soutenue en 2007

à Lorient .


  • Résumé

    L’encadrement de la population, une des principales obsessions de l’Etat sous l’Ancien Régime, a nécessité la constitution d’un maillage juridictionnel complexe et dense du territoire. Le littoral breton au XVIIIe siècle apparaît comme un bon observatoire des rapports entre les habitants de cet espace et les représentants de l’ordre. Ce territoire offre de multiples opportunités aux populations locales et aux migrants. Il devient un espace particulièrement attractif qu’il est nécessaire de contrôler. Le maillage juridictionnel permet de capter une population qualifiée de marginale. Des formes spécifiques de criminalité se développant sur le littoral peuvent être décelées. Ce sont surtout des hommes jeunes au statut précaire qui apparaissent dans les archives. Face au juge, ils revendiquent la pratique d’activités illicites telles que la mendicité ou la contrebande. La figure du migrant-mendiant est particulièrement prégnante. Les représentations de la marginalité laissent transparaître une volonté de mise à l’écart des pauvres par les élites (déportation, enfermement). Pourtant, les archives permettent de souligner les liens de solidarités qui existent entre l’individu incriminé et sa famille. Le curé ou l’employeur sont également de potentiels soutiens. L’exclusion est donc un état temporaire. Une intégration par le recours à la pluriactivité est possible, permettant aux plus humbles de survivre ou d’obtenir un revenu complémentaire. La pluriactivité, intégrée dans les usages, souligne les potentialités du littoral et nuance la notion d’exclusion.

  • Titre traduit

    Social integration of populations living on the fringes of society along the Breton coast in the 18th century


  • Résumé

    Supervision of the population, one of the main obsessions of the State during the Ancien Régime, required the creation of a complex and dense jurisdictional network on French territory. The coast of Brittany during the eighteenth century seems to be a good place to examine and analyze the relationship between the people who live in the area and State officials. Its attractiveness which lays in the many activities it can offer to locals and migrants make controlling it a necessity. The jurisdictional network points out a population which is qualified as marginal. Specific forms of criminality can be detected. Young men with a precarious status appear in the archives. In front of the judge, they claim illicit activities like begging or smuggling. The figure of the migrant-beggar is particularly pregnant. The representations of marginality show intentional isolation of the poor from the elite (deportation, confinement). Nevertheless, the archives allow one to underline the links of solidarity which exist between the individual and his family. The priest or the employer are also a potential means of support. Exclusion is therefore a temporary state. Integration by resorting to pluriactivity is possible, allowing poor people to survive or to obtain a complementary income. Pluriactivity, integrated in the customs, shows the potentiality of the coast of Brittany and qualifies the different degrees of the notion of exclusion.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1300 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 923-996

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne-Sud (Lorient). Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.