Approche psycho-socio-cognitive de la victimation au travail

par Mylène Forte

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Georges Masclet.

Soutenue en 2007

à Lille 3 .


  • Résumé

    Fort de ses racines productive, normative et socialisante, le monde professionnel traduit nonobstant une fragilité de la dynamique interrelationnelle sur laquelle il se fonde. Ce n'est que récemment que la notion de victime est apparue dans le vocabulaire professionnel. Celle ci naît de la confrontation entre un évènement aversif spécifique et un construit idéologique et émotionnel. Notre recherche s'inscrit en conséquence dans une volonté de mettre en exergue ces victimes "ordinaires", symboles d'une souffrance individuelle, aux ressorts non moins collectifs. Leur regard empreint d'émotions procure une grille de lecture privilégiée de l'expérience agressive et constitue un vecteur de compréhension de la rupture de l'équilibre psychique. Ce processus de subjectivisation, par lequel la victime reconstruit cognitivement la situation, module sa réactivité psychosociologique. Notre démarche tend, à ce titre, à postuler que la nature de la victimation, chronique vs aiguë, intentionnelle vs instrumentale, brutale et tranchante vs latente et insidieuse, configure les conséquences engendrées en favorisant un seuil de tolérance différentiel

  • Titre traduit

    Psycho-social and cognitive approach of the victimation at work


  • Résumé

    Bolstered by its productive, normative and socialising roots, the professional world reveals, nevertheless, a fragility in the inter-relational dynamic on which it is based. It is only recently that the idea of the victim has appeared in the professional vocabulary. The victim is the result of the confrontation between a specific adverse event and an ideological and emotional construct. Our research is therefore a desire to highlight these "ordinary" victims, symbols of individual suffering, but with a result that is just as much colective. Their look stamped with emotion, offers special insight into violent experiences and constitutes a way of understanding ruptures in mental equilibrium. This process of subjectivisation, by which the victim cognitively reconstructs the situation, models their psycho-physiological reaction. Our work on this topic tends to suggest than the nature of victimisation, chronic versus acute, intentional versus instrumental, brutal and cutting versus latent and insidious, configures the consequences engendered by favouring a level of differential tolerance

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.(297 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. 207-220. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2007-33-1
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2007-33-2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.