Analyse comparative de la participation des muscles du tronc lors d'exercices aquatiques et hors de l'eau

par Alain Chevutschi

Thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Sous la direction de André Thévenon.

Soutenue en 2007

à Lille 2 .


  • Résumé

    Malgré un usage répandu des techniques de rééducation en piscine, la littérature reste pauvre concernant l'évaluation de l'activité musculaire dans l'eau, en particulier pour les muscles de la paroi antérieure de l'abdomen et les muscles du dos. La plupart des études qui portent sur l'analyse musculaire dans l'eau, concluent à une réduction de l'activité musculaire, essentiellement liée aux propriétés de l'eau et notamment à la poussée d'Archimède. A partir des données de la littérature et du questionnement des thérapeutes dans leur pratique quotidienne, une expérimentation a été menée afin de comparer et de quantifier l'activité de différents muscles du tronc et du membre inférieur, dans des exercices de rotation et de marche à l'air libre et dans l'eau. Ceci doit permettre de justifier de l'intérêt d'un programme de balnéothérapie, notamment pour des patients souffrant d'ostéoporose. Dans la première étude, nous avons comparé, grâce à l'électromyographie de surface (EMGi), l'activité du rectus abdominis et du soleus droits et des erector spinae controlatéraux, au cours d'exercices de marche à vitesse confortable à l'air libre et dans l'eau, en immersion ombilicale. Les résultats montrent, pour l'ensemble des 7 sujets explorés, une augmentation significative de l'activité des erector spinae dans l'eau, une activité équivalente à celle à l'air libre pour le rectus abdominis et une diminution pour le soleus. Nous n'avons pas trouvé de différence au niveau de la forme des patterns pour l'ensemble des 3 muscles étudiés. La vitesse et la longueur du cycle de marche sont diminuées dans l'eau. Il s'agit ici d'une première série de données qui peuvent être prises en compte par les rééducateurs dans leurs programmes de rééducation. Dans la deuxième étude, nous avons mesuré et comparé les vitesses spontanées et maximales de la marche avant, de la marche arrière et de la marche latérale à l'air libre et dans l'eau, en immersion sternale. La marche latérale est étudiée selon deux modalités, pour voir l'influence des membres supérieurs : bras le long du corps et mains dans le dos. Cette étude a été conduite afin d'avoir des références de vitesses réelles de marche dans l'eau. Trente et un sujets sains (16 femmes et 15 hommes) ont participé à cette étude. Les résultats ont permis d'avoir les valeurs de vitesse de déplacement dans l'eau ; ils ont permis également de quantifier la chute de vitesse par rapport aux déplacements dans l'air. Dans la troisième étude, nous avons comparé l'activité de 5 muscles du tronc (rectus abdominis, obliquus externus abdominis, obliquus internus abdominis, iliocostalis lumborum, erector spinae) pour des exercices de rotation à différentes fréquences et avec des résistances. L'activité musculaire est exprimée en pourcentage de l'activité lors de la contraction maximale volontaire (% EMGmax). L'activité musculaire est significativement plus importante dans l'eau (p < 0. 01) à 90 et à 60 rép/mn avec une planche. A titre d'exemple, l'activité EMG de l'obliquus internus dans l'eau avec une planche à 60 rép/mn, est égale à 51% de l'EMGmax. Les résultats de cette étude indiquent que l'activité des muscles de l'abdomen et du dos augmente avec la fréquence et la surface de résistance au cours d'exercices de rotation en immersion sternale. Dans la dernière étude, nous avons comparé, sur 10 sujets, à l'air libre et dans l'eau en immersion sternale, l'activité de ces 5 muscles du tronc pour des exercices de marche avant, arrière et latérale. Les résultats de cette dernière étude ont montré que l'activité des muscles étudiés n'est jamais plus importante dans l'eau. En conclusion, l'activité musculaire est réduite dans l'eau en immersion sternale, pour l'ensemble des exercices de marche ; ce type d'exercice ne semble donc pas être intéressant, selon ces modalités, pour les patients ostéoporotiques. Il semble plus intéressant de privilégier une fréquence élevée de mouvements et une augmentation de la résistance dans l'eau, pour avoir un niveau de recrutement musculaire supérieur


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (148 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 132-[158]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. BU Santé - Learning center.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50.379-2007-43-C
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.