L' autofiction dans l'oeuvre de Colette

par Stéphanie Michineau

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Michèle Raclot.

Soutenue en 2007

à Le Mans .


  • Résumé

    Malgré le début d’institutionnalisation dont bénéficie depuis 2003 l’autofiction, son sens est encore à l’heure actuelle sujet à polémique. Serge Doubrovsky qui est l’inventeur de cette forme littéraire - qu’en dernier ressort il appréhende comme une variante de l’autobiographie - considère Colette comme une pionnière illustrant sa conception. Notre thèse s’inscrit dans une telle perspective conceptuelle, chronologiquement paradoxale. En effet, l’examen attentif de l’œuvre de Colette nous conduit à l’inscrire globalement dans un espace autofictionnel. Colette n’a d’ailleurs jamais souscrit de pacte autobiographique, et demeure dans ce domaine volontairement ambiguë. Néanmoins elle n’est pas pour autant indifférente aux considérations théoriques d’ordre autobiographique, et nous nous sommes fixé pour objectif d’expliquer les motivations qui l’ont poussée à privilégier l’autofiction plutôt que l’autobiographie canonique comme mode d’expression de soi. Sans doute pouvons-nous penser que ce choix tient à l’originalité de l’autofiction qui se définit plus particulièrement comme une recherche de soi par l’écrivain, recherche d’un sujet insaisissable en son essence, ainsi que d’un espace-temps oscillant entre rêve et réalité, projection plutôt que rétrospection.

  • Titre traduit

    Autofiction in the work of Colette


  • Résumé

    Although the genre ‘autofiction’ has been accepted by the literary Establishment since 2003, its exact meaning is still open to controversy today. Serge Doubrovsky, who invented this particular form of literature, views it essentially as a variant of autobiography. He regards Colette as being the first writer to put his particular theory into practice. Our thesis employs the theoretical perspective of autofiction, with all the chronological paradox that the term implies. Indeed, a close examination of Colette’s work prompts us to situate it globally in a autofictional sphere. Colette never actually subscribed to any autobiographical pact, maintaining a deliberate ambiguity in this regard, but nevertheless she cannot be accused of indifference to theoretical autobiographical considerations, and we have set out to explain the reasons why she favoured autofiction rather than straightforward autobiography as a means of self-expression in this study. One could no doubt put her choice down to the originality of autofiction, a genre that Colette more specifically defines as self-searching, the quest for an essentially elusive subject and a space-time oscillation between dream and reality which has more to do with projection than retrospection.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Publibook à Paris

L'autofiction dans l'oeuvre de Colette


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (443 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 412-430

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du Maine. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2007LEMA3001
  • Bibliothèque : Université du Maine. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2007LEMA3001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Publibook à Paris

Informations

  • Sous le titre : L'autofiction dans l'oeuvre de Colette
  • Dans la collection : EPU, Éditions Publibook université
  • Détails : 1 vol. (371 p.)
  • ISBN : 978-2-7483-4344-1
  • Annexes : Bibliogr. p. 341-358. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.