Désir, violence, sacré et pouvoir dans Lord of the Flies (1954), the Inheritors (1955), Free Fall (1959) et the Spire (1964) de William Golding (1911-1993)

par Jean-Marc Hoareau

Thèse de doctorat en Anglais

Sous la direction de Sophie Geoffroy-Menoux.

Soutenue en 2007

à La Réunion .


  • Résumé

    Notre étude traite du thème girardien de la violence fondatrice (ou ritualisée) dans quatre romans de l'écrivain britannique William Golding (1911 - 1993) : Lord of thé Plies (1954), The inheritors (1955), Free Fa// (1959) et The Spire (1964). Cette notion est une constante dans l'œuvre de cet écrivain qui est un observateur lucide et impartial de la conscience humaine et de la genèse sociale. Dans bon nombre de ses romans, il examine le fonctionnement de ce type de violence comme exutoïre à la violence communautaire dans les sociétés à structure archaïque, et comme sublimation de la violence inhérente au désir inconscient freudien sur le plan individuel. Cette forme de violence, qui polarise les agressivités individuelles et qui ressurgit sous une forme ou une autre dans nos sociétés modernes, donne un caractère viable à la société, et de ce fait elle est l'acte fondateur socioculturellement : l'archiviste-paléographe René Girard la définit comme étant !e mythe de base. Dans sa dimension antésociale, il est impératif qu'elle soit gérée par te pouvoir et elle finit même par lui être nécessaire. Elle assume donc un aspect tautologique dans l'exercice du pouvoir. La vision structurante que William Golding a de la violence fondatrice est analogue à celle élaborée par René Girard dans La violence et le sacré (1972), ce qui fait que nous avons utilisé l'ouvrage de ce dernier comme outil méthodologique

  • Titre traduit

    Desire, violence, sacred and power in Lord of the Flies (1954), the Inheritors (1955), Free Fall (1959) and the Spire (1964) by William Golding (1911-1993)


  • Résumé

    Our survey deals with thé thème of founding (or ritualized) violence in accordance with René Girard's theory, in four novels of thé British writer William Golding (1911 - 1993) : Lord of thé Plies (1954), The Inheritors (1955), Free Fa// (1959) and The Spire (1964). This notion is récurrent in thé work of this novelist who is an unbiased and perceptive observer of human conscience and of social genesis. Indeed, in many novels he depicts this particular form of violence as functioning as an outiet for communal violence in structuraily archaic societies, as well as a sublimation of individuel violence inhérent in thé concept of Freudian unconscious désire. This kînd of violene, polarizing thé individua! aggressivities, whatever shapes it may reoccur in in our modem societies, makes it possible to survive in society. Consequenfly it is thé founding act on a socioculturel ievel: thé archivist-paleographer René Girard defines it as thé fundarnental myth. In its antesocial dimension, it must be controlled by power and eventually it is necessary to thé latter. Thus it takes a tautological character in exercising power. William Golding's socially structuring vision of îounding violence is similar to that worked out by René Girard in La violence et le sacré (1972), and therefore our methodological guideline has been thé theory of thé scapegoat deveioped in this work of Girard's.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (409 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. [389]-397. Index.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de la Réunion (Saint-Denis). Service commun de la documentation. Droit-Lettres-Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.