Représentation de l'animal sauvage chez les éleveurs Teda-Daza et Beri (Tchad, Niger, Soudan)

par Jérôme Tubiana

Thèse de doctorat en Études africaines

Sous la direction de Alain Rouaud.

Soutenue en 2007

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Les Teda-Daza et les Beri vivent principalement dans le Sahara et le nord du Sahel tchadiens, ainsi qu'au Niger et en Lybie (Teda-Daza) et dans la province du Darfour au Soudan (Beri). Ce sont essentiellement des éleveurs de dromadaires et de chèvres, et la faune sauvage, qui est précisément distinguée du bétail, a peu d'importance dans leur vie matérielle. Les produits de la chasse constituent une part négligeable de leur alimentation et la chasse n'est pratiquée que par des catégories particulières de la population, en particulier la caste inférieure des forgerons. Mais paradoxalement on constate une importance inattendue de l'animal sauvage dans la culture. Les Teda-Daza et les Beri ont une connaissance globale et précise de ces animaux sauvages qui leur sont matériellement peu utiles. Ces animaux sont les personnages de leur littérature orale, les protecteurs de leur clans et des êtres surnaturels qui jouent un rôle central dans les religions préislamiques. Néanmoins cette extraordinaire culture de la faune est en train de disparaître face à deux autres cultures venues d'ailleurs : l'islamisation et surtout l'occidentalisation, responsable aussi bien de la disparition des pratiques traditionnelles que de l'extinction même de la faune. Or cette culture, pour peu qu'elle soit prise en compte, pourrait jouer un rôle très positif dans les projets de conservation de la faune sahélo-saharienne.


  • Résumé

    Teda-Daza and Beri peoples live mainly in the Chadian Sahara and Northern Sahel, as well as in Niger and Libya (Teda-Daza) and in the Sudanese Darfur (Beri). They are essentially nomadic camel and goat herders, and make a clear distinction between wild and domestic animals. Thus wildlife has little impact on their material daily life. Hunting products constitute a minor part of their food and hunting is operated only by very special parts of the population, mostly from inferior blacksmith cast. But paradoxically it seems that wildlife has un unexpected cultural importance to them. Teda-Daza and Beri peoples have a global and precise knowledge of a materially useless wildlife. Wild animals are characters in oral literature, protectors of clans and supernatural beings playing a central part in in Pre-Islamic cults. However, that extraordinary "wildlife culture" is disappearing under the pressure of two other cultures : Islam and, above all, Western modernity, that threaten both the traditional culture and wildlife itself. But were it taken into account, this culture could play a very positive role in wildlife preservation projects in the area.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (IV-526 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 265-288. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.678
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.