Médecines hybrides dans le sud et le sud-ouest de Madagascar : les mots-plantes à Toliara

par Gabriel Lefèvre

Thèse de doctorat en Études africaines

Sous la direction de Noël Jacques Gueunier.

Soutenue en 2007

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Dans le sud et le sud-ouest de Madagascar, les pratiques de prise en charge de la maladie se transforment continuellement, sous l'influence de facteurs internes et externes. Les facteurs internes à la communauté sont inhérents à la particularité du système thérapeutique où le jeu sur les mots tient une place centrale. Cette dimension peut-être connectée avec la taxonomie vernaculaire des plantes. Un second facteur interne de cette transformation est ce que j'ai appelé le "mercenariat" du devin-guérisseur ombiasa. L'ombiasa est vu comme un technicien, qui manipule des forces qui d'ailleurs le dépassent, forces qui peuvent le faire tomber lui-même dans la maladie et le malheur. Mais dans cette manipulation il se considère comme autorisé à agir pour les buts de son consultant, sans avoir à rechercher si ces buts sont justifiés moralement. Les facteurs externes de modification relèvent des institutions qui modèlent une société sur des normes importées. L'expression du pouvoir de la société européenne peut se résumer en: santé, économie, religion dans un cadre plus large d'illusion exotique, ou tropicoloniale. Cela se traduit par une transformation de la place des ombiasa et autres spécialistes de la cure du mal. Les institutions étrangères, en particulier missions chrétiennes et biomédecine, repoussent ces spécialistes traditionnels du côté obscur, caché, du hasy, des forces qu'ils manipulent, leur volant la part reconnue de garant de l'ordre social qu'ils étaient seuls à assurer autrefois.

  • Titre traduit

    Hybridized medicines in South and South-West of Madagascar : The Words-Plants in Toliara


  • Résumé

    In the south / south-west of Madagascar, traditional medicine is continuously transformed under the influence of different internal and external factors. The internal factors are inherent to the traditional therapeutic system; in these processes puns and play with words holds a central place. This dimension can be connected with the folk taxolnomy of plantes. A second internal factor of this transformation is what I call the "hired" [mercenary] activity of traditional healer, the ombiasa. The ombiasa is seen as a technician, who handles dangerous forces which can make others (or himself) fall into the disease or in misfortune. Yet he is regarded as authorized to act on behalf of the patient, without having to consider whether the goals of the patient or whether what he himself does on behalf of the patient is morally justified. The external factors of transformation concern the institutions that are modelled after imported standars. The European influence can be summarized in the following concepts: health, economy, Christianity. The expression of european's power appears is a broader framework I have called tropicolonialism. It results in a transformation of the place of the ombiasa and other specialists. The foreign institutions, in particular Christian missions and biomedicine relegate traditional specialists into the shadow, the hidden or occult.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par l'Harmattan à Paris

Médecine traditionnelle à Madagascar : les mots-plantes


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (471 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 453-467

Où se trouve cette thèse ?