Matérialiser l'intangible : Etude des objets supports de la divinité dans le Japon ancien

par Florence Lahournat

Thèse de doctorat en Langues, littérature et sociétés orientales. Études japonaises

Sous la direction de François Macé.

Soutenue en 2007

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    La tradition shintoïste a souvent été décrite comme dépourvue d'intérêt pour le visuel en ce sens qu'elle n'est effectivement pas poussée par une forte volonté de représentation. Or, ce postulat se heurte aux limites suivantes: effectivement caractérisé par une atrophie de la forme, le shintoïsme n'en est pas pour autant dépourvu. La structure rituelle shinto, marquée par un processus de fixation de la divinité, rend nécessaire l'utilisation d'objets matériels que la divinité vient habiter. Ces objets, supports de la divinité, répondent à une organisation rituelle shintoïste, basée sur une triple structure: l'appel de la divinité, la célébration en sa présence, et son renvoi. Dépourvus de réelles contraintes formelles, ils sont de natures extrêmement variées et présentent des critères de distinction très hétérogènes, rendant difficile la constitution d'un système symbolique. Le but de la présente recherche est de mettre en relief les modes de représentation d'une religion souvent définie comme de tradition aniconique. Ceci impliquera d'analyser les mécanismes de mise en image et verra une attention particulière accordée à des objets-types récurrents, permettant de former une ébauche de système classificatoire. La démarche entreprise propose de diviser les modes de représentation de la divinité en trois catégorie distinctes. La première comprendra les lieux rituels en tant qu'abri de la divinité, tandis que la seconde retiendra les supports permanents que sont les trésors divins, caractérisés par leur potentielle valeur symbolique, la troisième enfin regroupera des objets rituels hybrides, caractérisés par une superposition de fonctions.

  • Titre traduit

    Study of the support -objects of the divinity in ancient Japan


  • Résumé

    The Shinto tradition is often described as deprived of interest for visualization, in the sense that it is not pushed by a strong will of representation. However, this postulate runs up against the following limits, namely that if Shinto is indeed characterized by an atrophy of the form, it is not deprived of it. The Shinto ritual structure, marked by a process of fixing of the divinity, makes necessary the use of material object that the divinity will be able to dwell in. These ritual objects, receptacles of the divinity, answer Shinto's ritual organization, based on a triple structure: inviting the divinity, its celebration, and its dismissal. These objects, deprived of any strict formal constraints, have extremely varied natures and very heterogeneous criteria of distinction, disturbing the constitution of a symbolic system. The goal of this research is to highlight the modes of representation of a religion often defined as being of aniconic tradition. This will imply to analyse the mechanisms of materializing the divine, and will see a particular attention given too recurring types of objects, which will make it possible to form an outline of classifying system. The taken approach proposes to divide the modes of representation of the divinity in ancient Japan into three distinct categories. The first of these categories includes the ritual places and spaces as a shelter of the divinity, while the second retains the permanent supports, of which one of the characteristics is their potential symbolic meaning, the third finally includes ritual hybrid objects, characterized by a superposition of ritual functions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (536 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 450-479. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.594
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.595
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.596
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.