Les conceptions de défense en Pologne après 1989

par Dorota Richard

Thèse de doctorat en Sciences politiques et relations internationales

Sous la direction de Catherine Durandin.

Soutenue en 2007

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    L'année 1989 clôt une période de 44 ans durant laquelle la souveraineté de la Pologne était limitée du fait de la domination soviétique. L'Etat polonais put définir librement sa politique de sécurité en fonctions de ses propres intérêts. Après 1989, la problématique de sécurité du pays devint centrale. Les priorités de la politique de sécurité étaient: assurer l'indépendance et la souveraineté de l'Etat en intégrant les institutions militaires, politiques et économiques du monde occidental et établir de bonnes relations avec tous les pays voisins. Il fallait résoudre des problèmes liés au passé: la reconnaissance de la frontie��re occidentale, la dissolution du Pacte de Varsovie et le retrait de l'armée ex-soviétique du territoire polonais. Au tournant des années 1992/1993, le choix définitif dans le domaine de la sécurité se porta sur l'adhésion à l'OTAN. Ce choix bénéficiait d'un large consensus dans la classe politique et la société polonaise. L'OTAN, sortie vainqueur de la confrontation des deux blocs fut contrainte de s'ouvrir aux pays anciens membres du Pacte de Varsovie. L'idée de l'élargissement de l'OTAN progressa sous l'impulsion des Etats-Unis, notamment au cours du second mandat du président Clinton. Au sommet de l'OTAN de Madrid (les 7-8 juillet 1991), trois pays, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque furent invités à négocier leurs adhésions. La Pologne devint membre de l'OTAN le 12 mars 1999. L'appartenance à l'Alliance améliora sa situation politique et géopolitique. Les garanties de l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord réduisent la probabilité d'une agression par la multiplication de l'effet de dissuasion.

  • Titre traduit

    Conception of defence in Poland after 1989


  • Résumé

    The year 1989 ends a period of forty four years during which the sovereignty of Poland was limited by the Soviet domination. The polish state was at last able to freely determine its politics of security in function of its own interest. After 1989, the security of the state became the most important matter. Priorities of the politics of security were to ensure the independency and sovereignty of the state by joining the western military, political and economical institutions and establishing good relations with all neighboring states. Problems from the past had to be solved: the recognition of the Western frontier, the dissolution of the Warsaw Pact and the withdrawal of the Soviet troops from the Polish territory. During the years 1992/1993 the final choice concerning the politics of security fell on NATO. The choice was supported by a large consensus in the political class and the Polish society. NATO had won the confrontation between the two blocs and had to open itself to countries - formers members of the Warsaw Pact. The idea of enlargement progressed through the impetus given by the United States, mainly during the second mandate of President Clinton. At the Madrid Summit of NATO (7-8 July 1991), three countries, Hungary, Poland and the Czech republic were invited to negotiate their memberships. Poland became a member of NATO on March 12th, 1999. Its membership revealingly improved its geopolitical and political situation. The guarantees given by the 5th article of the North Atlantic Treaty decrease the probability of an aggression, by increasing the effect of dissuasion.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (522 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 495-507

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.598
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.599
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.