Le rôle des suffixes nominaux en /+rV/ dans l'expression du lieu et de la direction en japonais et l'hypothèse de leur origine "altaïque"

par Anton Antonov

Thèse de doctorat en Études japonaises

Sous la direction de Catherine Garnier.

Soutenue en 2007

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Ce travail présente les résultats d'une étude diachronique portant sur l'hypothétique valeur d'ancien "locatif/directif" d'un certain nombre de suffixes nominaux japonais de type /+rV/. Les suffixes japonais qui font l'objet de cette étude ont souvent été présentés comme cognats de suffixes "altaïques" de même type ayant une valeur de locatif ou de directif. Ils ont ainsi été considérés comme uen preuve supplémentaire de la parenté "altaïque" du japonais, sans que l'on ait étudié de façon satisfaisante leur histoire. C'est ce vide que la présente étude vise à combler. Elle a pour objectif de vérifier si les suffixes japonais ont bien un emploi locatif et s'il y a ainsi lieu de procéder à des comparaisons entre eux et les suffixes de type /+rV/ attestés dans les langues "altaïques". A partir des résultats de cette étude, l'auteur est amené à rejeter l'hypothèse de l'origine "altaïque" des suffixes japonais à emploi "locatifs", en raison de l'absence d'exemples clairs de tels emplois dans le corpus ancien et du nombre extrêment restreint d'attestations dialectales modernes. En outre, l'auteur démontre que les exemples le plus souvent cités comme preuve de l'existence d'une telle valeur de "locatif" en japonais sont en réalité d'origine relativement récente et il propose de les interpréter comme autant de manifestations de l'emploi d'un marqueur de pluriel, et non pas d'un indice "locatif" figé. Pour conclure, l'auteur s'interroge sur la possibilité qu'il s'agisse dans le cas des suffixes japonais et "altaïques" d'une convergence non-aréale motivée par certains traits typologiques que le japonais partage avec le coréen et les langues dites "altaïques".

  • Titre traduit

    ˜The œrole of Japanese /+rV/-type noun suffixes in expressing place and direction and the hypothesis of their "Altaic" origin


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    This dissertation presents the results of a diachronic study of certain Japanese /+rV/-type noun suffixes and their hypothetical usage as petrified "locative/directive" markers. These suffixes have often been presented as cognate to phonetically similar "Altaic" ones which are claimed to have a locative or directive meaning. They have thus been adduced as additional proof of the claim that Japanese is a member of the "Altaic" family, even though their history has not been well researched. The present study is aimed at filling this gap. Its goal is to ascertain whether the Japanese suffixes do have locative uses attested and whether it is therefore possible to compare them with their putative "Altaic" cognates. On the basis of the results of this study, the author feels entitled to rejet the hypothesis of an "Altaic" origin of these Japanese suffixes, mainly because of the absence of any clear attestations of a locative usage in the Old Japanese corpus and the paucity of their occurrence with a locative meaning in modern dialects. Furthermore, the author shows that the exemples most often cited as proof of the existence of such as "locative" meaning in Japanese are actually of comparatively recent coinage and he therefore suggests treating them as occurrences of a plural marker, instead of as a petrified "locative" one. To conclude, the author entertains the possibility that what all these suffixes exhibit is actually a case of non-areal convergence due to shared typological properties.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (349 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 331-342. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.771
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.