La sensibilité écologique : de la révolte romantique à la crise écologique contemporaine : une analyse sociologique comparée du sentiment de la nature en Occident

par Julia Bardes

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Daniel Boy.

Soutenue en 2007

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Cette thèse consacrée à l’histoire et à la diffusion des idées de l’écologie en Occident (États-Unis et Europe occidentale) s’intéresse aux structures mentales collectives participant de l’ouverture plus ou moins grande d’une société aux nouvelles thèses de l’écologie, selon les traditions de pensée, les constructions culturelles de la nature, les cultures religieuses et politiques à l’œuvre au sein d’un pays déterminé. Deux cas d’étude ont tout particulièrement mobilisé notre attention : l’Allemagne et les États-Unis qui, en sollicitant des imaginaires de la nature puissants et une réflexion intellectuelle environnementale féconde, se révèlent comme des matrices privilégiées à l’analyse des valeurs collectives, éthiques, idéologiques attachées à la protection de la nature, des courants de pensée à l’œuvre dans l’imaginaire environnemental collectif, du discours constitué à l’opinion publique. Cette approche contextualisante des cultures écologistes émergentes s’ouvre sur une réflexion plus large sur les « affinités électives » qui relient l’écologisme au protestantisme en confrontant l’argumentation historique à l’analyse empirique des représentations sociales européennes de la nature et de l’environnement.

  • Titre traduit

    Ecological sensitivity : from the romantic revolt to the contemporary ecological crisis : a comparative sociological analysis of the feelings about nature in the West


  • Résumé

    This thesis, dedicated to the history and development of the ecological thought, explores the collective mindsets that contribute to the open mindedness of one society to the new ideas of ecology, according to the traditions of thought, cultural conceptions of nature and religious and political cultures at work in a given country. Two case studies attracted our attention : Germany and the United States. Through strong fantasies on nature and a prolific intellectual environmental reflection these two countries appear as privileged matrixes to analyse the collective, ethical and ideological values attached to the protection of nature and the currents of thought at work in the collective environmental mind – from elaborated discursive reasoning to public opinion. This contextualising approach of the emerging ecological cultures allows a broader reflection on the specific affinities between Protestantism and environmentalism through the confrontation of historical considerations and empirical analysis of social representations of nature and the environment in the European public.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (618 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 615-618

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.