Les partenariats multi-acteurs : entre discours et pratiques, quelle contribution au développement durable ? : quatre études de cas dans le secteur de l'énergie

par Cécile Kerebel

Thèse de doctorat en Science politique. Relations internationales

Sous la direction de Marie-Claude Smouts.

Soutenue en 2007

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Depuis la fin des années 1990, l’appellation de partenariat multi-acteurs est en vogue dans le vocabulaire international. En 2002, le Sommet Mondial du Développement Durable de Johannesburg a renforcé la tendance, en officialisant les « partenariats de type 2 ». Pourtant, les contours de la notion restent flous. La thèse s’attache à cerner la signification du phénomène partenarial, au-delà de l’effet de mode. Un travail de définition du partenariat multi-acteurs est proposé à partir des diverses appropriations dont il fait l’objet. Il s’agit d’une forme de collaboration volontaire entre des acteurs de différents secteurs (public, privé et associatif), pays et échelles géographiques, qui s’engagent, par la signature d’un accord formel, à réaliser un objectif de développement durable global. La signification du fait partenarial est précisée suivant trois angles. En premier lieu, la rhétorique globale envahissante est comparée à la réalité des pratiques. Le partenariat exprime une évolution des rapports entre secteurs public, privé et associatif : rechercher son sens exige, dans un deuxième temps, de se demander s’il s’accompagne d’un recul de l’Etat au profit du privé ou s’il renouvelle au contraire la coopération intersectorielle. Enfin, la pertinence du partenariat multi-acteurs en tant que réponse aux enjeux de développement durable est interrogée. Quatre partenariats sont étudiés dans le domaine de l’énergie : l’Initiative Energie de l’Union européenne EUEI, le projet de séquestration de carbone en forêt Noel Kempff Mercado en Bolivie, le Centre pour le Transport Durable CTS au Mexique, et le programme d’électrification rurale décentralisée TEMASOL au Maroc.

  • Titre traduit

    From rhetoric to practice : how do multistakeholder partnerships contribute to sustainable development ? : four case studies in the energy sector


  • Résumé

    Since the end of the nineties, the term “multistakeholder partnership” has become a buzzword in the international community. The trend has increased since the 2002 Johannesburg World Summit on Sustainable Development, which made ‘Type 2 Partnerships” official. Nonetheless, the notion lacks clarity. This PhD thesis aims at working out the significance of the partnership phenomenon beyond the trend. The multistakeholder partnership is defined on the basis of the varied interpretations to which it gives rise. It is a voluntary and collaborative agreement between organizations from different sectors (public, private, non-profit), countries and geographical scales, which all undertake in a formal written commitment to achieve a global sustainable development purpose. The meaning of the partnership phenomenon is specified in three ways. Firstly, the pervasive global rhetoric is compared to real practice. Partnership expresses a shift in the relationships between the public, private and non-profit sectors: its meaning is then to be found in the nature of this shift. Does partnership reveal the decline of the State and the victory of privatization? Or, on the contrary, does it reinforce cooperation between state and non-state players? Lastly, the ability of multistakeholder partnerships to address sustainable development issues is worked out. Four partnerships in the energy field are studied: the European Union Energy Initiative (EUEI); Noel Kempff Mercado, the forest carbon sequestration project in Bolivia; the Center for Sustainable Transport (CTS) in Mexico; and the off-grid rural electrification program TEMASOL in Morocco.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (782 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 465-504

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.