Les guerres d'enfants : causes, résolution et prévention : perspective socio-historique de la participation des enfants aux conflits armés

par Rosalie Azar

Thèse de doctorat en Science politique. Relations internationales

Sous la direction de Guillaume Devin.

Soutenue en 2007

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Dans un certain nombre de conflits, la participation active des enfants n’est pas un épiphénomène mais une donnée centrale et, en tant que tel, est sous-estimé. Bien qu’elle remonte très loin dans l’histoire, la figure de l’enfant soldat a évolué de manière quantitative et qualitative. Cette augmentation n’est pas sans conséquence sur la nature même des conflits, qui se transforment en « guerre d’enfants », plus violentes et moins organisées que les guerres d’adultes. S’il y a changement de nature, il doit forcément y avoir changement de perspectives des modes de résolution et de prévention. Il est donc nécessaire de passer en revue les différentes lacunes que les processus DDR posent afin de savoir où ils peuvent être améliorés. Il faut redonner ensuite envie à ces enfants de rejoindre la vie civile en répondant à leurs besoins économiques, sociaux, éducationnels et professionnels. La communauté ne peut pas être mise à l’écart de ce processus. C’est enfin vers la prévention des guerres d’enfants que nous nous orientons. La multiplication des acteurs de la prévention est une chance majeure d’aboutir à ce résultat : les Etats, les régions, les sous régions, le Conseil de sécurité et la CPI montrent qu’il peut exister plusieurs échelons de prévention. Le recrutement d’enfants apparaît comme le résultat d’une quadruple équation : il s’agit à la fois d’un problème humanitaire, d’une violation des droits de l’homme, d’une négation du droit au développement et d’un risque sécuritaire. Pour prévenir ces guerres d’enfants il est absolument nécessaire de prendre acte de cette multiplicité et d’y faire face rapidement

  • Titre traduit

    Children's wars : cause, resolution and prevention : historical and social perspectives of the involvement of children in armed conflicts


  • Résumé

    In many conflicts, the active participation of children is under-estimated. Though, it goes back to ancient times, the child soldier has changed over time, both qualitatively and quantitatively. This increase is not without consequences on the nature of warfare itself. Conflicts become « children’s wars », more violent and less organised than adults’wars. If there is a change in the nature of such conflicts, there must be a change of perspective in the way they are solved and prevented. It is then fundamental to understand the various problems of the DDR processes in order to know how they can be addressed. Incentives for children must also be proposed in order to give them the desire to go back to civil life, by addressing their economic, social, educational and professional needs. The social community cannot be left outside these processes. It becomes also essential to direct our efforts toward the prevention of children’s wars. The multiplication of actors interested in prevention is a tremendous chance to come to that result : states, regions, sub-regions, the Security Council and the ICC show that many preventive rungs may exist. The recruitment and participation of children in conflicts appears as the result of a four-level-equation : it needs to be seen as a humanitarian issue, a violation of fundamental children’s rights, a denial of the right to social development, and a security matter. Consequently, in order to prevent children’s wars, it is absolutely essential to acknowledge this multiplicity and to address it quickly and comprehensively.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (510 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 486-504

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.