La politique allemande de François Mitterrand (1981-1995)

par Marion Gaillard

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Pierre Milza.

Soutenue en 2007

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Lorsqu’il arrive à l’Elysée en mai 1981, François Mitterrand souhaite prendre ses distances par rapport à la notion d’ « axe » franco-allemand. Pourtant, il réalise rapidement que les intérêts de la France sont intimement liés à l’Allemagne. En outre, son choix de rester dans le SME en mars 1983 le conduit à faire de l’Europe la priorité de sa présidence, ce qui passe par une entente solide avec Bonn. C’est donc en tandem avec Helmut Kohl qu’il relance la construction européenne en 1984. A partir de là, les deux hommes n’ont de cesse de travailler en commun, tant au plan communautaire que bilatéral, en développant la coopération entre leurs deux pays, jusque dans le domaine de la défense. La réunification allemande, source de tensions entre Paris et Bonn, ne remet pourtant pas fondamentalement en cause leur bonne entente. C’est encore ensemble que François Mitterrand et Helmut Kohl mettent sur les rails le traité de Maastricht, et ce malgré des désaccords importants sur la question yougoslave. Au terme de son mandat, le président français, en retrait sur la question européenne, s’emploie surtout à léguer l’image d’une amitié solide entre la France et l’Allemagne. Cette thèse vise à montrer que la politique allemande de François Mitterrand s’inscrit dans sa vision globale de ce que sont les intérêts de la France, c’est-à-dire le maintien de la paix à travers la réconciliation avec l’Allemagne et l’intensification de la construction européenne, dont Bonn est par ailleurs la clé. Le couple franco-allemand est ainsi un outil au service de l’Europe, qui est elle-même conçue comme le levier de la puissance française et l’assurance d’un avenir pacifique.

  • Titre traduit

    François Mitterrand's German policy (1981-1995)


  • Résumé

    When he became President of the Republic in May 1981, FM wished to distance himself from the concept of the" Franco-German alliance". However he quickly realised that France's interests were closely connected to Germany. Besides, his choice that France should remain in the European Monetary system in March 1983 led him to give priority to Europe during his presidency, which meant building up a strong relationship with Germany. Together with Helmut Kohl he revived the construction of the European community in 1984. From then on, both men kept working closely together at European as well as bilateral level, developing cooperation between the two countries, including in defence matters. German reunification, though a source of tension between Paris and Bonn, did not damage their relationship. Together again, François Mitterrand and Helmut Kohl put the Maastricht Treaty on the track, despite significant disagreements on the Yugoslav question. At the end of his second term the French president, while keeping a lower profile on the European question, mainly endeavoured to bequeath the image of a strong friendship between France and Germany. This thesis aims to show that François Mitterrand's German policy is part of his whole vision of France's interests - namely, keeping peace through reconciliation with Germany and the strengthening of the European construction for which Bonn also holds the key. The Franco-German alliance is thus a tool to serve Europe which is itself seen as the lever of France's power and the assurance of a peaceful future.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (816 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 772-778. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : F 15048 (2)
  • Bibliothèque : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : F 15048 (1)
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.