Conduite psychomotrice du passant au sein d'un espace architectural et urbain : l'hypothèse rythmique

par Jean-Baptiste Viale

Thèse de doctorat en Urbanisme

Sous la direction de Jean-François Augoyard.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Psychomotor behaviour of the passer-by within an architectural and urban space : the rhythmic hypothesis


  • Résumé

    Le langage architectural et urbanistique pose souvent le problème de la perception d'un espace en termes d'agencement et de récurrence de certains éléments qui, par leur disposition spatiale combinée au mouvement de la marche, génèrent un rythme semblant être l'une des composantes de l'organisation perceptive du passant. Ce phénomène synchronique nécessite un système d'anticipation pour que le passant coordonne le stimulus visuel au mouvement qu'il engage. Or, la synchronisation, qui se distingue ainsi de la réaction, peut également constituer un système spontané de réponse de la part de l'homme. Devons-nous, alors, parler d'intention ou d'induction motrice ? Les processus impliqués dans le traitement psycho-moteur du passant au sein d'un espace architectural ou urbain rythmé seront donc étudiés en observant la qualité et la persistance des groupements rythmiques qu'il perçoit. Différentes expériences regroupées sous trois aspects (psychologique, affectif et comportemental) nous permettront d'étudier l'effet de l'activité motrice sur la perception visuelle rythmique de l'espace parcouru. Nous chercherons ainsi à montrer que la perception des groupements rythmiques est issue des modalités motrices et visuelles suggérant un traitement supramodal des intervalles temporels où un aller-retour entre l'activité perceptive et la motricité organise les temps brefs et les temps longs en des groupes aux éléments différenciés. Les différences individuelles du "sens du rythme" s'expliquant à leur tour par le double rôle de la structuration perceptive et de l'intention motrice des activités successives. De cette perception dynamique issue d'une mise en rapport des intentions de l'individu avec l'espace qu'il pratique, émergera une appréciation temporelle et affective. La mise en évidence de tels mécanismes articulant perception, motricité et forme urbaine pourrait s'avérer être une approche pertinente pour les métiers de l'aménagement qualitatif des espaces urbains.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (288 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 257-275

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2007/14
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.