Le rôle du APC (Anaphase-Promoting Complex) au cours de la phase G2/M après dommage de l’ADN

par Jinho Lee

Thèse de doctorat en Biologie cellulaire

Sous la direction de Rati Fotedar.

Soutenue en 2007

à l'Université Joseph Fourier (Grenoble) .


  • Résumé

    Les agents permettant de créer des dommages sur l’ADN sont principalement utilisés dans les traitements contre le cancer. L’activation de points de contrôle du cycle cellulaire après lésion de l’ADN entraîne un arrêt du cycle des cellules. De la connaissance des mécanismes moléculaires de l’arrêt du cycle cellulaire par ces points de contrôle dépend l’efficacité du traitement. Dans les cellules humaines, ces points de contrôle sont primordiaux puisque leur inactivation entraîne la carcinogenèse (génération de cancers). Après traitement par des agents chimiothérapiques et des rayons X, les cellules s’arrêtent en phase G-1 et G-2/Mitose (M) du cycle cellulaire. Si de nombreuses études ont permis de clarifier les mécanismes de l’arrêt en phase G-1 pour des cellules dont l’ADN est endommagé, peu de données sont disponibles concernant l’arrêt en phase G-2/M. Parmi ces points de contrôle, le point de contrôle G-2/M est particulièrement important car il prévient l’entrée en mitose (phase M) des cellules dont l’ADN est endommagé. Nous avons analysé le rôle du complex appelé APC (Anaphase-Promoting Complex) dans les points de contrôle G-2/M après lésion de l’ADN. Les lésions de l’ADN sont induites dans les cellules synchronisées en phase S. Suite à ces dommages, les cellules montrent un retard et s’arrêtent en phase G-2 avec 4N chromosomes. Afin d’identifier les bases biochimiques de l’arrêt en G-2/M après traitement avec des agents endommageant l’ADN, nous allons concentrer notre recherche sur un complexe composé de multiples protéines possédant une activité de ligation de l’ubiquitine de type E3 (ubiquitin-ligase E3). Ce complexe APC est necessaire pour la dégradation des inhibiteurs d’entrée en anaphase, cyclins mitotiques, et plusieurs kinases mitotiques pour la complétion de la sortie de la mitose. Nous avons analysé et déterminé que l’absence d’activité du complexe APC inhibe l’activation du point de contrôle G-2/M lors de dommages de l’ADN.


  • Résumé

    DNA damaging agents are the most widely used treatment in fight against cancer. The effective use of DNA damaging agents for killing tumors depends on understanding the mechanism of DNA damage checkpoint arrest at the molecular level. DNA damage checkpoints impose delays in cell cycle in response to DNA damage. Cells arrest in G2/M after treatment with DNA-damaging agents, such as chemotherapeutic agents and x-rays. In human cells DNA damage checkpoints are of critical importance in carcinogenesis since inactivation of the checkpoint leads to increased rates of mutation, chromosomal loss or aneuploidy. While G-1 arrest after DNA damage has been extensively studied, the mechanism of G2 arrest is less clear. Among the cell cycle checkpoints, G2 is most crucial for preventing entry into mitosis with damaged DNA. We have found a previously unrecognized link between anaphase promoting complex (APC) and G2 checkpoint control after DNA damage. The APC is a large multi-protein complex with E3-ubiquitin ligase activity. APC is best known for regulating progression through mitosis and mitotic exit activity by degradation of various mitotic substrates. APC activity is high from late mitosis until late G-1 phase of the cell cycle. We surprisingly find that APC is activated following DNA damage in cells arrested in G2. DNA damage was induced in synchronized cells in late S phase. Following DNA damage, cells show G2 delay and remain arrested in with a DNA content of 4N. Importantly, we show that down-regulation of APC activity by siRNA technique abolishes G2 checkpoint control after DNA damage. We’ve analyzed how DNA damage that leads to APC activation. The specific destruction of a regulator by APC may govern cell cycle arrest after DNA damage.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (150 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 255 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS07/GRE1/0173/D
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : TS07/GRE1/0173
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.