Le rêve mis en ordre : les traités onirologiques des Ming à l'épreuve des traditions divinatoires, médicale et religieuse du rêve en Chine

par Dimitri Drettas

Thèse de doctorat en Etudes chinoises

Sous la direction de Marc Kalinowski.

Soutenue en 2007

à Paris, EPHE .


  • Résumé

    À travers la présentation et l’analyse d’un corpus constitué de trois traités onirologiques écrits à la fin de la dynastie des Ming, en Chine – le Mengzhan yizhi de Chen Shiyuan (1562), le Mengzhan leikao de Zhang Fengyi (1585) et le Menglin xuanjie compilé par He Dongru (1636) –, la présente étude met en évidence leur projet commun de constitution a posteriori d’une tradition du rêve conforme à la culture lettrée, et qui appuie sa légitimité sur un ensemble de textes empruntés à des périodes et des genres divers, définissant le cadre théorique et la validité empirique de l’onirisme, dont ils se proposent de circonscrire les aspects pertinents et de s’assurer la maîtrise. En jugeant ainsi ce que l’on peut dire ou pas sur le rêve, les auteurs et compilateurs du corpus mettent à l’écart le traitement spécialisé du phénomène onirique dans les traditions respectives de la divination, de la médecine et des religions, qui toutes reposent à la fois sur des pratiques actives et une littérature propre. La confrontation du corpus avec les idées et les méthodes qui en sont absentes permet de remettre en question sa prétention à représenter le « savoir oublié » sur le rêve et de s’interroger sur le statut véritable des livres dont il se compose, peut-être simples parties d’une plus vaste entreprise d’ordonnancement des connaissances plutôt qu’ouvrages fondateurs d’un genre onirologique auquel ressortirait tout écrit spéculatif centré sur le rêve. Les extraits du corpus traduits en annexe donnent la mesure de l’orientation propre à chacun des auteurs, ainsi que de leur mode de composition par réarrangement de textes entrecoupés de remarques originales.

  • Titre traduit

    The ordered dream : neirological treatises of the Ming dynasty to the test of dream tradition in Chinsese divination, medicine and religion


  • Résumé

    By presenting and analysing a corpus constituted by three oneirological treatises written during the late Ming dynasty, in China – the Mengzhan yizhi, by Chen Shiyuan (1562), the Mengzhan leikao, by Zhang Fengyi (1585) and the Menglin xuanjie compiled by He Dongru (1636) –, the present study evidences their common project of an a posteriori dream tradition which would be conform to literati’s culture and whose legitimity would rely on a set of texts borrowed from various periods and genres, hence defining the theoritical realm and empirical validity of oneirism, whose relevant aspects they aim to delimitate, in order to gain mastery over it. Thusly judging what can and cannot be said about dreaming, the corpus’ authors and compilators are leaving aside the specialised treatment of dream that appears in the respective traditions of divination, medicine and religions, all of which rely on both active practices and a specific literature. Confronting the corpus with the ideas and methods it doesn’t include allows to question its claim to represent some « forgotten knowledge » about dreaming et to examine the real status held by the books composing it, which may be mere parts of a wider endeavor of knowledge ordering rather than founding works of an oneirological genre to which any dream-centered writing would belong. The corpus excerpts translated as appendices show the respective authors’ specific orientation, as well as their way of composing by rearranging text material into which they inject original comments.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (XVI + 490 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 457-474. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 07.27
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.