La représentation de la frontière de Grenade dans les chroniques royales particulières castillanes des XIVè et XVè siècles

par Alice Carette

Thèse de doctorat en Études ibériques

Sous la direction de Georges Martin.


  • Résumé

    La frontière entre la Castille et Grenade, de la naissance du dernier royaume musulman péninsulaire (1246) à la chute de sa capitale (1492), est le lieu d’une guerre perpétuelle, mais non permanente, entre les deux États. En effet, bien que la monarchie castillane ait pour devoir d’achever la Reconquête de la péninsule ibérique, la lutte est régulièrement interrompue, pour des raisons diverses, par la signature de trêves. Ce n’est qu’en 1482 que les Rois Catholiques Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon décident de la mener à son terme. Cette thèse interroge la manière dont les chroniques royales particulières castillanes des XIVe et XVe siècles, véhicules par excellence de l’idéologie monarchique, représentent, en langue et en discours, cet espace alors désigné par la simple expression la frontera. L’étude montre que ce territoire, appréhendé par les textes à travers le prisme de l’expérience militaire, se trouve au centre de la politique extérieure et intérieure de la Castille, et que la monarchie y puise les fondements de sa légitimité.

  • Titre traduit

    ˜The œrepresentation of the frontier of Granada in the castillan particular royal chronicles of the XIV and XV centuries


  • Résumé

    The frontier between Castile and Granada, from the birth of the last peninsular muslim kingdom (1246) to the fall of its capital city (1492), is the scene of a perpetual - but non-permanent- war between both states. Indeed, although the castilian monarchy’s duty is to complete the iberian peninsula’s Reconquest, the conflict is regularly interrupted, for diverse reasons, by the signing of truces. In 1482, the catholic monarchs, Isabelle of Castile and Ferdinand of Aragon, decide to bring it to an end. This dissertation examines the castilian particular royal chronicles of the XIV and XV centuries, vehicles par excellence for the monarchical ideology, and the representation, in language and discourse, of the space then simply referred as la frontera. The study shows that territory, apprehended by the texts through the prism of the military experience, as the center of Castile’s foreign and domestic policy, and as the foundations of the monarchy’s legitimacy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (490 f.)
  • Annexes : Bibliogr. (f. 462-479)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LSHS (Lyon).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THE 102

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.