La diffusion des gènes de la période protohistorique à l'époque actuelle dans le complexe spatial Altaï-Baïkal

par Sylvain Amory

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Éric Crubézy et de Bertrand Ludes.

Soutenue en 2007

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Au sein de la Sibérie Orientale, l'origine des Yakoutes reste une énigme qui demeure non résolue par les études classiques. Les Yakoutes représentent en effet le seul peuple d'éleveurs de bétail et de chevaux au sein d'un ensemble de populations composé de chasseurs et d'éleveurs de rennes. Leur langue, mélange de mots d'origine turque et mongole, ainsi que leurs pratiques culturelles accentuent encore ce contraste avec les populations alentour. L'analyse moléculaire de spécimens yakoutes anciens apparaissait comme bien adaptée à l'étude de la formation de ce peuple. En effet, l'évolution récente des techniques de biologie moléculaire rend aujourd'hui possible l'analyse génétique des populations du passé et les conditions environnementales rencontrées en Sibérie Orientale sont particulièrement propices à la conservation des acides nucléiques. L'étude de plus de 60 sujets anciens provenant de Yakoutie Centrale, a permis d'obtenir des résultats originaux concernant, d'une part, l'aspect moléculaire de ce travail et d'autre part, l'ethnogenèse yakoute. Ces résultats ont notamment permis de souligner la très grande qualité des échantillons provenant de Sibérie Orientale. Il a ainsi été possible d'étudier des marqueurs génétiques rarement analysables dans les études d'anthropologie moléculaire, comme les STR autosomaux et du chromosome Y, et d'obtenir des résultats uniques sur des substrats difficiles. Cet ensemble de facteurs a conduit à l'obtention de données dont l'authenticité est manifeste. En outre, le nombre important de sujets étudiés ainsi que la mise en parallèle de nouveaux protocoles sur plusieurs types de prélèvements ont permis d'apporter des informations sur les propriétés de ces différents substrats. La comparaison des résultats collectés pour le chromosome Y et l'ADN mitochondrial des sujets anciens avec les populations voisines mais également du sud de la Sibérie, ont permis de dégager de nouvelles hypothèses concernant les origines des lignées paternelles et maternelles des Yakoutes. L'influence méridionale semble confirmée par notre étude, mais nos résultats mettent également en avant que des contacts anciens, précédant les migrations déjà proposées, ont du se produire entre les peuples nomades des steppes et les populations de Sibérie Orientale. De plus, la population yakoute apparaît extrêmement stable au cours des siècles malgré des changements notables dans les influences culturelles et l'arrivée des colons russes au XVIIIième siècle. Ainsi, certaines lignées masculines, spécifiques à la population yakoute, montrent une pérennité exceptionnelle puisqu'elles se sont maintenues depuis le XVième siècle jusqu'à nos jours, avec des fréquences très importantes. La qualité des données obtenues ainsi que les conclusions qui ont pu être proposées suite à ce travail de recherche confirment à nouveau la pertinence de la mise en œuvre d'un approche moléculaire dans la compréhension de la formation et de l'organisation des populations du passé.

  • Titre traduit

    Gene transmission from the protohistoric period to present day in the geographical complex Altaï/Baïkal


  • Résumé

    Among peoples from Oriental Siberia, the origins of the Yakut population represent an enigma that remains unsolved by classical studies. Indeed, the Yakuts are the only horse and cattle breeders surrounded by hunters and reindeer herders. This difference with neighbouring populations is reinforced by their language, composed by Turkic and Mongolic words, as well as their cultural specificities. Therefore, study of the Yakut ethnogenesis by means of the molecular analysis of ancient Yakut specimens seems perfectly adapted. Recent evolution in molecular biology techniques makes it possible to perform genetic study of ancient populations. Furthermore, the environmental conditions faced in Oriental Siberia generally induce a good preservation of nucleic acids. The analysis of more than 60 ancient individuals from Central Yakutia led to the achievement of original results considering the molecular and the anthropological conclusions. Our data confirm the high quality of samples collected in Oriental Siberia since we have obtained good results for nuclear DNA markers, including autosomal and Y chromosomal STRs, even from hair samples. Therefore, we are confident in the authenticity of the ancient data. Moreover, interesting features of the substrates have been highlighted by the analysis of numerous samples and by the use of new protocols applied to different kind of samples. New hypotheses on the origins of paternal and maternal lineages have been proposed thanks to the comparison of Y chromosome and mitochondrial DNA data with neighbouring ethnic groups as well as southern Siberian populations. Meridional influences have been confirmed, moreover our results bring new insights on ancient contacts between nomadic tribes from the southern steppes and peoples from Oriental Siberia. In spite of the important cultural modifications underwent by the Yakuts and the Russian colonization during the 18th century, the Yakut gene pool appeared as highly stable. Indeed, some specific male lineages have been transmitted in the yakut population with very high frequencies since the 15th century. The quality of the data obtained during this study as well as the possibility to propose original hypotheses confirm the relevance of a molecular approach in ancient population studies.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

La diffusion des gènes de la période protohistorique à l'époque actuelle dans le complexe spatial Altaï-Baïkal

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (348 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 337-341

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Nord). UMR 7268 ADES. Laboratoire d'anthropologie bio-culturelle.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.