Violence as politics : the escalation and de-escalation of political violence in Algeria 1954-2007

par Rasmus Alenius Boserup

Thèse de doctorat en Histoire et civilisation

Sous la direction de Hamit Bozarslan et de Thomas Scheffler.

Soutenue en 2007

à Paris, EHESS en cotutelle avec Copenhague, Københavns universitet .


  • Résumé

    Le but central de cette thèse est d'identifier les dynamiques derrière les changements de la mobilisation collective en Algérie de la non-violence à la violence de 1954 à 2007. L'argument central est que ces dynamiques sont politiques et non pas culturelles, même si la culture influence la mise en forme de la violence. La thèse apporte une nouvelle connaissance dans quatre domaines : (1) Elle présente une masse de sources inédites, rassemblées pendant les périodes de recherche sur le terrain en Algérie et pendant des périodes de recherche dans les archives publiques et privées en France et en Angleterre. (2) Elle propose une analyse typologique de l'action collective, qui permet d'identifier des relations inconnues entre différents types de violence. (3) Elle propose une narration qui fait rupture avec l'historiographie. (4) Elle met l'exemple algérien en relation avec les présents débats dans les sciences sociales concernant la formation d'état, les mouvements sociaux, et la violence.


  • Résumé

    The central aim of the thesis is to identify the dynamics behind the changes from non-violent to violent collective action in Algeria from 1954 to 2007. The central argument is that these dynamics are political rather than cultural, although culture plays a role in forming the violence. The thesis brings new insight in four areas. First, it presents a large body of formerly unknown empirical material collected during fieldwork in Algeria and in public and private archives in France and England. Second, it proposes a typological analysis of the different repertoires of contentious politics in Algeria, which reveals hiherto unknown interrelations between different types of political violence. Third, it proposes a narration of Algerian modern political history, which deviates from the conventions in the existing historiography. Fourth, it relates the Algerian example to the current theoretical discussions within the social sciences about state formation, social movements, and violence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (277 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 261-271.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TH 358
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.