« Une part égale de liberté : le patriotisme anglais et la Révolution américaine »

par François Charbonneau

Thèse de doctorat en Études politiques

Sous la direction de Philippe Raynaud.

Soutenue en 2007

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    La présente thèse s'intéresse à un paradoxe dans la pensée comme dans l'action politiques des révolutionnaires américains entre 1765 et 1776. Les Américains font de la tentative du Parlement anglais de taxer les colonies un enjeu constitutionnel, c'est-à-dire, pour eux, de liberté politique. Cette crise offre l'occasion aux Américains de définir ce qu'est la liberté et d'en penser les conditions de possibilité. Pour eux, comme pour l'ensemble de la pensée politique anglo-saxonne, la liberté sera définie comme absence de dépendance. Il serait ainsi inadmissible que les Américains acceptent d'être placés en situation de dépendance envers la volonté incontrôlée des parlementaires anglais. Paradoxalement, l'on retrouve chez les Américains un désir constamment répété que se poursuive la dépendance américaine envers la Grande-Bretagne et ses institutions. La volonté de demeurer dépendants de l'Empire britannique sera si importante que l'on attendra plus d'une année après le début de la guerre avant de déclarer l'indépendance. A partir de ces constats, cette thèse procède à une relecture de la crise impériale entre 1765 et 1776 comme un échec dans la tentative américaine de concilier liberté et dépendance. Délaissant les lieux communs interprétatifs qui n'offrent souvent que des raisons circonstanciées de « l'attentisme » des Américains, la présente thèse cherche à démontrer que le patriotisme anglais dont sont imbus les Américains constitue la clé permettant de comprendre ce paradoxe. La pensée politique qui les informe les convainc que le patriotisme est la première des vertus politiques, et leurs actions contre le parlement sont modelées par cette compréhension corporelle du politique. Dans ce combat pour la liberté par lequel les Américains cherchent à se montrer plus Anglais que les Anglais s'affirmera une conviction que l'on couchera bientôt dans les Constitutions étatiques (1775-1780), que seule une égale liberté de tous les hommes est compatible avec la liberté politique.

  • Titre traduit

    "An Equal Share of Liberty : English Patriotism and the American Revolution"


  • Résumé

    This thesis explores a central paradox in both the political thought and political action of the American revolutionaries between 1765 and 1776. The Americans understood the British parliament's attempt to tax them as a constitutional issue, i. E. , for them, a question of political liberty. The imperial crisis offered the Americans an opportunity to define what they understood by liberty and the political conditions necessary to its existence. For them, as for contemporary English political thought, liberty was defined as absence of dependence. It would thus be inadmissible for Americans to be placed in a situation of dependence upon the uncontrolled will of the British parliamentarians. Paradoxically, Americans desired nothing more during the entire crisis than to maintain their dependence upon Great-Britain and its institutions. The will to maintain a dependent status within the British Empire was so strong that Americans refused to declare their independence for more than a year after the beginning of open warfare with the mother country. The following thesis suggest that the imperial crisis should be understood as a failure on the part of the American to reconcile their will to be both free and at the same time dependent upon Great-Britain. It offers a different interpretation of the reasons why Americans were so reluctant to secede, finding that English patriotism is the key to comprehending this paradox. Within the context of their political thought, patriotism was understood to be the primary political virtue that allowed freedom to thrive within the body politic. In this contest for liberty, in which Americans have tried to be better Englishmen than the English, a conviction will emerge that only the equal liberty of all men is compatible with political freedom. This idea will be ever so present in the early state Constitutions of 1775-1780.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (339 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.315-339. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Centre d'études sociologiques et politiques Raymond Aron. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2007-111

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFT 07/EHES/0111
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.