L'exposition d'avant-garde comme utopie de l'espace public

par Elitza Dulguerova

Thèse de doctorat en Histoire (option : histoire de l'art)

Sous la direction de Eric Michaud et de Johanne Lamoureux.

Soutenue en 2007

à Paris, EHESS en cotutelle avec l'Université de Montréal .


  • Résumé

    Cette thèse étudie les usages et la pensée de l'exposition chez plusieurs artistes russes, dont Mikhaïl Larionov, Kazimir Malevitch et Vladimir Tatline. L'examen de huit expositions de groupe fortement événementielles tenues à Moscou et à Petrograd entre 1910 et 1916 (le Valet de carreau, La Queue d'âne, La Cible, NQ4, Tramway V, L'année 1915, La Dernière exposition futuriste de tableaux 0,10 et Magasin) démontre que le travail sur les expositions était un pivot majeur de l'utopie avant-gardiste d'un art libre et efficace. En adoptant les méthodes de l'histoire sociale de l'art et à l'opposé des interprétations autonomistes de l'art moderne, nous affirmons l'importance de l'espace public dans les utopies artistiques. L'exposition s'avère ainsi un objet d'étude théorique pour l'histoire de l'art moderne. Un volume de traductions inédites d'articles relatifs à la pensée de l'exposition en Russie entre 1900 et 1923 et à la réception critique de chaque étude de cas complète cette recherche.

  • Titre traduit

    The Utopian Public Space of Avant-Garde Exhibitions


  • Résumé

    This dissertation unfolds how exhibitions were thought of and experimented by several Russian artists including Mikhail Larionov, Kazimir Malevich, and Vladimir Tatlin. My study of eight event¬like group exhibitions held in Moscow and Petrograd between 1910 and 1916 (The Knave of Diamonds, The Donkey's Tail, The Target, M4, Tramway V, The Year 1915, The Last Futurist Exhibition of Pictures 0,10, and The Store) demonstrates that thinking of exhibitions was a major axis in the avant-garde Utopias of a free and efficient art. In opposition to the autonomist interpretations of modern art, I borrow the methods of social art history to underscore the importance of public space for modern art Utopias. Accordingly, this thesis calls for further theoretical attention to exhibitions in modern art studies. First-time French translations of several Russian texts on exhibitions ranging from 1900 to 1923, as well as samples of the critical coverage of every case study complete this project.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par les Presses du réel à [Dijon]

Usages et utopies : l'exposition dans l'avant-garde russe prérévolutionnaire, 1900-1916


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (666 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.374-413. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2007-69

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par les Presses du réel à [Dijon]

Informations

  • Sous le titre : Usages et utopies : l'exposition dans l'avant-garde russe prérévolutionnaire, 1900-1916
  • Dans la collection : Oeuvres en sociétés
  • Détails : 1 vol. (579 p.)
  • Notes : La 4e de couverture indique : "L'art des avant-gardes historiques ne réside pas tout entier dans les œuvres seules ; les manifestes et autres écrits d'artistes donnent la mesure – ou la démesure – de leurs projets. Mais il faut aussi considérer la portée de la monstration des œuvres, l'effet de l'exposition en acte. Ce livre prend le pari de penser les œuvres à même leurs présentations inaugurales pour comprendre la dimension publique et active de l'art moderne – et de l'avant-garde russe en particulier. Il étudie pour la première fois de manière systématique un ensemble d'expositions de groupe de 1900 à 1916, organisées, imaginées et expérimentées par Sergueï Diaghilev, Mikhaïl Larionov, Kazimir Malevitch ou Vladimir Tatline, dans lesquelles l'exposition prend part aux œuvres, et inversement. L'examen très concret des conditions de présentation physiques (organisation spatiale, effets d'accrochage), temporelles (durée, précarité, récurrence) et publiques (usage de la photographie, rapport aux médias de masse, au commerce de l'art) permet d'approcher de près les utopies qui sont au cœur de l'art d'avant-garde : agir sur l'expérience sensorielle et temporelle des spectateurs, faire de l'espace public un paramètre et un prolongement de l'œuvre. À ces utopies, l'exposition offre une institution précaire. La traduction de textes-source en fin de volume rend accessible aux lecteurs francophones un aperçu des débats que l'exposition suscitait dans la Russie prérévolutionnaire. ".
  • ISBN : 978-2-84066-687-5
  • Annexes : Bibliogr. p. 527-568. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.