Les firmes transnationales et l'institution social-historique du changement climatique

par Mathias Lefèvre

Thèse de doctorat en Économie de l'environnement

Sous la direction de Jean-Charles Hourcade.

Soutenue en 2007

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Notre thèse porte sur les firmes transnationales dont les activités sont mises en cause dans le problème du changement climatique. Elle traite de leurs actions relativement au processus politique engagé par les Etats au début des années 1990 et de leur influence sur la définition des solutions à apporter au problème. Plus précisément, dans le cadre d'une réflexion plus large sur l'institution social-historique du problème - le fait qu'il est institué, moyennant l'imaginaire, dans et par des sociétés particulières, à un moment donné de leur histoire et pour un certain temps -, et considérant la période allant de 1989 à 2001, nous avons voulu élucider deux choses. D'une part, pourquoi, pour (ou contre) quoi et comment ces firmes ont agi (la cause, la fin et la teneur de leurs actions) par rapport au processus politique. D'autre part, dans quelle mesure ces actions (faisant valoir un certain « pouvoir relationnel »), mais aussi le seul fait qu'elles existaient (situation dont elles tirent un « pouvoir institutionnel »), ont eu des effets sur ce processus et, plus particulièrement, sur la définition des solutions. Le choix d'analyser ces acteurs « non-étatiques » majeurs a résulté de deux motivations entremêlées. Celle, principale, de démontrer la nécessité de tenir compte de ces grandes firmes (en sus des Etats, des institutions înterétatiques et d'autres acteurs non-étatiques) pour pouvoir comprendre l'évolution du processus politique, et ainsi de remédier au défaut d'études sur le sujet. Par ailleurs, celle de contribuer, en filigrane, à la compréhension de la façon dont le capitalisme, en tant que régime social (type spécifique d'institution de la société) ne pouvant exister que dans et par l'entreprise, affronte ce problème qui, plus que tout autre problème écologique, le met profondément en question, c'est-à-dire le menace.

  • Titre traduit

    The transnational corporations and the social-historical institution of climate change


  • Résumé

    Our thesis relates to the transnational corporations whose activities are blamed in the climate change problem. It deals with their actions in relation to the political process engaged by the states at the beginning of the 1990s, and with their influence on the definition of the solutions to be brought to the problem. More precisely, as part of a broader reflection on the social-historical institution of the problem - the fact that it is instituted, by means of the imaginary, in and by particular societies, at a certain moment of their history and for a certain time - and considering the period extending from 1989 to 2001, we wanted to elucidate two things. On the one hand, why, for (or against) what and how did these corporations act (i. E. The cause, the aim and the content of their actions) in relation to the political process. And, on the other hand, up to what point these actions (making the most of a « relational power »), but also the sole fact that the studied corporations exist (a situation from which they derive an «institutional power »), had effects on the process and, more especially, on the definition of the solutions. The choice of analysing these major « non-state » actors arised from two intermingled motivations. The main motivation was to demonstrate the need to take into account these large firms (in addition to the states, the interstate institutions and the other non-state actors) to be able to understand the evolution of the political process, and thus to remedy at the lack of studies on the subject. The other motivation was to contribute, more in filigree, at the comprehension of the way capitalism - understood as a « social regime » (i. E. A specific type of institution of the society) that can exist only in and by the corporation - face this problem which, more than any other ecological problem, deeply questions it, that means threatens it.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

Les firmes transnationales et l'institution social-historique du changement climatique

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (372 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.349-372. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?