Nutrition et cancer de prostate : recherche concernant l'impact des isoflavones

par Laurent Guy

Thèse de doctorat en Urologie, cancérologie, nutrition

Sous la direction de Christian Rémésy.

Soutenue en 2007

à Clermont-Ferrand 1 .


  • Résumé

    Des données épidémiologiques et expérimentales sont très en faveur du rôle de la nutrition dans la prévention du cancer de prostate. Parmi les différents éléments impliqués, 3 classes de nutriments semblent importantes : les graisses, les composés phénoliques (avec notamment les isoflavones) et les micronutriments (caroténoïdes, vitamines, sélénium). Plusieurs études ont démontré que les isoflavones sont des composés actifs sur différents modèles cellulaires et animaux. Cependant, de façon générale, les données de biodisponibilité n'ont pas été prises en compte dans l'élaboration et l'interprétation des études mécanistiques. L'un des objectifs de notre travail était de fournir des informations nécessaires à la réalisation d'études invitro dans le but de réaliser les analyses les plus pertinentes possibles, tenant compte des concentrations sériques et prostatiques optimales et des formes tissulaires retrouvées. Les résultats obtenus ont démontré que les formes présentes aussi bien au niveau du plasma que du tissu prostatique étaient essentiellement des formes monoglucuronidées de génistéine et de daidzéine et que, pour analyser in vitro dans des conditions physiologiques l'action des isoflavones, il convenait d'utiliser des concentrations intracellulaires inférieures à 5 nmol/g avec des métabolites mono-glucuronidés de génistéine et de daidzéine. De façon parallèle, des cultures cellulaires réalisées notamment avec des cellules LNCaP démontrent un effet additif de l'association de 2 composés phénoliques à activité phytoestrogénique (isoflavones et lignanes). Enfin, dans une étude clinique qui était un protocole d'étude des isoflavones chez des patients porteurs d'uncarcinome prostatique devenant hormono-resistant, nous n'avons pu mettre en évidence un effet bénéfique chez les patients supplémentés en soflavones. Cependant, il s'agissait dans cette étude d'évaluer un éventuel rôle thérapeutique et de surcroît pour les néoplasies en hormonore��sistance, alors que jusqu'à présent, il est reconnu essentiellement un rôle préventif aux isoflavones.


  • Résumé

    Epidemiological and experimental data suggest a protive role for diet in the prevention of prostate cancer. Among the differentnutrients, three kinds of them seem very important : Fats, phenolic compounds (with notably isoflavones) and micronutrients (carotenoids, vitamins, selenium). Several studies on various cellular and animal models demonstrated that isoflavones is an active compound. However, the issue of bioavailability was not taken into account in the design and interpretation of mechanistic studies. One of our objectives was to provide the information needed to design more relevant in vitro studies to investigate the mechanisms of action of dietary isoflavones involved in the prevention of prostate cancer. The results demonstrated that the main metabolites were the same in prostate tissue and in plasma, namely two monoglucuronides of daidzein and two mono-glucuronides of genistein and that to analyze in vitro in physiological conditions the action of isoflavones, intracellular concentrations below 5 nmol/g and no intracellular deconjugation of the mono-glucuronide metabolites were mandatory. In a parallel way, cellular cultures performed with LNCaP cells demonstrate an additive effect of the association of two phenolic compounds with phytoestrogenic activity (isoflavones and lignans). Finally, we performed a clinical study on the effect of isoflavones for patients with prostate cancer at the early stage of hormono-resistance. We were not able to get a positive effect for the patients receiving isoflavones. However, it was an evaluation of a possible therapeutic role and up to now, only a preventive action has been recognized.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (112 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 98-112

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque de Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 10321
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.