Pouvoir d'adhésion et d'invasion des souches AIEC associées à la maladie de Crohn : facteurs de virulence et régulation de leur expression

par Nathalie Rolhion

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Arlette Darfeuille-Michaud.

Soutenue en 2007

à Clermont Ferrand 1 .


  • Résumé

    La maladie de Crohn (MC) est une affection inflammatoire chronique du tube digestif dont l'étiologie reste mal connue. Les lésions iléales de MC sont anormalement colonisées par des souches pathogènes de Escherichia coli appartenant au pathovar AIEC pour Adherent-Invasive E. Coli. Ces souches sont capables d'adhérer et d'envahir les cellules épithéliales intestinales et ont la capacité de survivre et de se multiplier fortement en macrophages, en induisant une synthèse intense de TNF-α. L'objectif de ce travail s'inscrit dans la compréhension des mécanismes permettant aux bactéries AIEC d'adhérer et d'envahir les cellules épithéliales intestinales. Le criblage de la banque de mutants d'insertion du transposon Tn5phoA de la souche AIEC de référence LF82 a permis de mettre en évidence le rôle de la lipoprotéine YfgL dans le pouvoir invasif de la souche LF82. En effet, cette lipoprotéine participe à la formation de vésicules membranaires qui pourraient constituer un système de sécrétion et de transport de protéines bactériennes effectrices délivrées dans la cellule hôte et nécessaires à l'invasion des cellules par les bactéries. De plus, l'oxydoréductase DsbA est impliquée dans l'adhésion de la souche AIEC LF82 en régulant l'expression des flagelles et des pili de type 1, mais est également essentielle à la survie des bactéries AIEC LF82 en macrophages. Enfin, la protéine de membrane externe OmpC est essentielle chez la souche AIEC LF82 à l'adhésion et l'invasion des cellules épithéliales intestinales, mais son rôle dans la virulence est indirect. L'expression de la protéine OmpC est fortement induite à forte osmolarité, condition rencontrée par les bactéries AIEC au sein du tube digestif. Une surexpression de OmpC permet, chez la souche AIEC LF82, l'activation de la voie de régulation dépendante du facteur sigma alternatif RpoE (ou σE) qui régule l'expression des pili de type 1, des flagelles et d'autres facteurs nécessaires au processus d'adhésion et d'invasion des cellules épithéliales intestinales. En conclusion, sur la base des facteurs de virulence identifiés chez la souche AIEC LF82 et de leur régulation, les souches aIEC semblent avoir évolué de façon à pouvoir coloniser et envahir la muqueuse intestinale.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (151 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 122-150

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.