Hyperactivité musculaire dans les douleurs myofasciales orofaciales

par Céline Bodéré

Thèse de doctorat en Sciences du vivant. Physiologie humaine

Sous la direction de Alain Woda.

Soutenue en 2007

à Clermont-Ferrand 1 .


  • Résumé

    Bien que très fréquente, la douleur musculaire chronique reste mal comprise. Les deux travaux présentés dans ce mémoire portent sur l'étude électrophysiologique des muscles masticateurs chez les patients souffrant de douleurs orofaciales chroniques (myofasciales et neuropathiques) et chez des sujets non-douloureux (dérengements internes de l'articulation temporo-mandibulaire et contrôles). La première étude évalue la relation entre une douleur orofaciale spontanée chronique, modérée ou sévère, et deux variables électrophysiologiques : l'activité électromyographique (EMG) au repos et l'amplitude du réflexe massétérin. En présence de douleurs orofaciales, myofasciales ou neuropathiques, les muscles temporaux et masséters présentent une "hyperactivité EMG" tonique et une réduction majeure de l'amplitude du réflexe massétérin. Quand les douleurs sont unilatérales, ces signes sont identiques du côté douloureux et non douloureux. Nous en déduisons que la modulation de l'activité musculaire en présence de douleurs orofaciales chroniques n'est pas la conséquence directe d'un mécanisme nociceptif périphérique et nous discutons l'hypothèse d'un mécanisme d'origine central. La seconde étude montre en l'effet d'une butée antérieur (JIG) sur cette "hyperactivité" EMG : le JIG réduit transitoirement l'activité EMG des muscles masticateurs dans les douleurs myofasciales mais pas dans les douleurs neuropathique. Si le premier travail suggère que la douleur myofasciale pourrait être une "douleur neuropathique du muscle" le second montre que les deux entités pathologiques diffèrent sur certains mécanismes. Par ailleurs, la seconde étude confirme l'intérêt de l'utilisation transitoire du JIG en pratique odontologique (rapports intermaxillaires, ajustements occlusaux). Ce travail ouvre sur deux projets en cours d'inclusion. La première étude, exploratoire, fait l'objet d'un Projet Hospitalier de Recherche Clinique régional, la seconde est un essai thérapeutique non pharmacologique.

  • Titre traduit

    Muscle hyperactivity in orofacial myofascial pain


  • Résumé

    Although very common, the chronic muscle pain remains badly understood. This memory presents two electrophysiological studies of masticatory muscles in orofacial chronic pain patients (myofascial and neuropathic) and in not-painful subjects (temporo-mandibular joint disorders and controls). The first study evaluates the relation between moderate to severe chronic orofacial spontaneous pain and two electrophysiological variables : the electromyographic activity (EMG) at rest and the jaw-jerk reflex amplitude. The temporal and masseter muscles display a tonic EMG "hyperactivity" and a strong reduction of the jaw jerk reflex amplitude in both myofascial and neuropathic orofacial chronic pain patients. These signs are identical in pain and non-pain sides in unilateral-pain patients. We deduct that EMG activity modulation in orofacial pain patients is not the direct consequence of a peripheral nociceptive mechanism and we explain why it could be of central origin. The second study shows the effect of an anterior bite stop (JIG) on this tonic EMG "hyperactivity" : the JIG reduce temporarily the EMG activity in myofascial pain patients not in neuropathic ones. If the first study suggests that myofacial pain could be a "neuropathic pain in the muscle", the second shows that the two pathologies differ on certain mechanisms. However, the second study supports the use of the JIG in certain short-term clinical approaches (recording of centric relation closures and for occlusal adjustement). These woks lead on to two projects on chronic muscular pain in the process of inclusion. The first project is exploratory ; the second is a non-pharmacological therapeutic trial.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (125 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 63-75

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque d'odontologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2007 TDE 41
  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque d'odontologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2007 TDE 34
  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque de Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2007 TDD01
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.