Samuel Beckett, l'oeuvre de l'échec ou l'insoutenable d'une naissance impossible

par Stéphanie Perez

Thèse de doctorat en Poétique et Didactique des Littératures

Sous la direction de Jean-Pol Madou.

Soutenue en 2007

à l'Université Savoie Mont Blanc .


  • Résumé

    Qu'advient-il lorsque la littérature ne parvient plus à trouver une voie acceptable pour exprimer l'horreur de laquelle elle émane ? C'est à partir de cette impasse que Beckett a dû composer. On assiste alors à l'émergence d'une littérature autre qui ne repose plus sur les valeurs traditionnelles du roman. Il n'y a plus réellement d'histoire au sein des œuvres de Beckett, plus aucun lieu ni aucun temps capables de donner un cadre stable aux personnages. Ces derniers sont alors réduits au rang de présences fantomatiques qui errent de roman en roman. L'univers se désagrège, l'atmosphère devient oppressante. Le langage peu à peu s'appauvrit. Plus d'unité dans le récit beckettien qui perpétuellement se dédouble. La même histoire sans cesse se répète, encore dupliquée par le phénomène de l'auto traduction qui confère à l'œuvre un caractère étrange. Mais rien ne satisfait à l'exigence de l'auteur, ni le français, ni l'anglais, sa langue maternelle. Pourtant, quelque chose doit être dit, un non-dit qui obsède les différents narrateurs et par delà Beckett lui même. De fait, des choses affleurent mais la violence qu'elles génèrent ne permet aucunement à son auteur de les laisser explicitement remonter à la conscience. C'est pourquoi, elles nous parviennent mais amoindries. Ainsi, le roman familial de Beckett se retrouve à chaque page bien plus obsédant que s'il avait été intelligiblement retranscrit. En effet, qu'y a-t-il de plus difficile à nier et à oublier qu'une information qui n'a pas été énoncée ? Or, la triade familiale avec son lot de désirs refoulés ne cesse de hanter l'esprit du narrateur. La naissance devient le représentant d’autres naissances plus implicites. Celle d’une voix entre celle du père et de la mère ; mais également, celle d'une voie nouvelle pour le genre romanesque. Beckett cherche les mots justes, ceux qui enfin lui permettraient d'accommoder ce qu'il nomme le gâchis. C'est alors qu'il ouvre la voie à un genre romanesque nouveau.

  • Titre traduit

    Samuel Beckett, the work of the failure or an unsustainable rise impossible


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (407 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 265 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Sections Droit et Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T B1059.2007/47bis
  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Sections Droit et Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T B1059.2007/47
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.