Le cinéma américain de science-fiction de 1968 à 2001 : prospective et perspectives

par Nathalie Rivière

Thèse de doctorat en Arts plastiques, du spectacle

Sous la direction de René Prédal.

Soutenue en 2007

à Caen .


  • Résumé

    D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Ces trois questions existentielles sous-tendent le film de Stanley Kubrick, 2001, A Space Odyssey. Ce récit résume un siècle de science-fiction à travers ses thèmes majeurs comme la conquête de l’espace, la recherche d’une intelligence non terrestre, la technologie, la robotisation, le désir de surpasser le créateur qu’il s’agisse de l’homme ou de Dieu lui-même, ou encore la solitude de l’homme face à l’immensité de l’univers. L’homme est le sujet de 2001, A Space Odyssey. De ses origines à son avenir, Kubrick nous montre son évolution. Plus largement, il nous parle de la vie, celle que l’homme pourrait rencontrer dans l’espace, ou celle qui pourrait venir à lui, sur la Terre. 2001, A Space Odyssey, récit moderne, pose ainsi, dès 1968, les fondements de la science-fiction contemporaine. C’est pourtant moins par sa thématique métaphysique que par sa maîtrise cinématographiques et les technologies dont il use que Stanley Kubrick frappe le public et la critique. Il marquera ainsi la génération de cinéastes apparus dans les années 70 parmi lesquels Lucas, Spielberg, Dante, Gilliam ou Cameron, de même que la suivante, celle des années 90, à laquelle appartiennent Del Toro, Niccol, Natali, Jackson, les frères Wachowski. Avec ces cinéastes, c’est aussi l’infographie qui a intégré le cinéma. L’image et l’imagination n’ont désormais plus de limites. Le cinéaste est devenu un infographiste. L’image de synthèse est devenue nécessaire à la pré production comme au financement du film. Influencés par l’oeuvre de Kubrick, les écrivains ont, à leur tour, donné un nouveau souffle à la science-fiction. Avant les années 60, ce que l’on pouvait encore appeler des sous-genres comptaient déjà la fantasy, l’utopie, le space opera et l’anticipation. Dans les années 70, de nouveaux motifs apparaissent parmi lesquels l’écologie, l’informatique, la musique qui vont conduire, dans les années 80-90, à l’éclosion de nouvelles tendances, ou plus exactement de nouvelles mouvances tant elles évoluent, telles que le cyberpunk, le Steampunk, la hard science, la speculative fiction… Mais ce qui apparaît surtout à travers cette étude, c’est que la science-fiction, qu’elle évoque un passé qui aurait pu être, un présent alternatif, ou un futur hypothétique, parle de l’homme, de ses préoccupations, de ses désillusions et de ses espoirs, dans son présent et dans sa réalité.

  • Titre traduit

    American cinema of science fiction from 1968 to 2001 : prospective and perspectives


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (724 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 696-714. Index. Glossaire

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2007 RIVIERE B1
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2007 RIVIERE B2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : MFiche 223/3733
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.