Modes de transmission des coronavirus humains

par Arnaud Gagneur

Thèse de doctorat en Virologie

Sous la direction de Christopher Payan.

Soutenue en 2007

à Brest .


  • Résumé

    Les coronavirus représentent un grand groupe de virus infectant tes oiseaux et tes mammifères. A l’heure actuelle, 5 coronavirus humains (HCoV) sont connus. Les HCoV-229E et 0043 découverts par Tyrrel et Mc lntosh dans les années 60, le SARS-CoV identifié en 2003 lors des épidémies de syndrome respiratoire aigue sévère, les HCoV-NL63 et HKUI identifiés en 2004 et 2005. La détection des infections à HCoV fut longtemps difficile, les nouvelles techniques de biologie moléculaire (RT-PCR) permettent une nouvelle approche de la pathologie liée à ces virus, Les infections aux HCoV classiques (229E, 0043, NL63) sont ubiquitaires et circuleraient sous forme épidémique. Ces virus sont responsables d’un tiers des rhumes de l’adulte et seraient également incriminés dans les crises d’asthme et les bronchiolites du nourrisson. Les virus à tropisme respiratoire sont classiquement transmis selon trois mécanismes parfois associés (1) aérosols de petites (<5μ) particules aériennes (diffusion à distance), (2) aérosols de grandes particules aériennes (contact étroit nécessaire), (3) transmission directe par les mains ou par l’intermédiaire de surfaces. La transmission des HCoV se fait principalement de façon directe par les gouttelettes de secrétions oropharyngées mais la survie possible des HCoV en aérosol et en suspension plaide également en faveur de la possibilité de transmission par particules aériennes et/ou par voie manuportée. A travers ces travaux sont analysés les différents modes de transmission des HCoV. Tout d’abord au niveau des infections nosocomiales à travers un suivi prospectif de 3 années des infections respiratoires virales nosocomiales qui confirme leur rôle prépondérant. Le mode de transmission principal de ces infections nosocomiales semble être via le personnel infecté ou par voie manuportée d’un enfant à l’autre via le personnel. Ces infections surviennent préférentiellement chez les nouveau-nés et les prématurés. Au décours de ce suivi, 37 cas d’infections néonatales ont été mis en évidence. Nous avons donc étudié la possibilité de transmission périnatale des HCoV dans une étude prospective de 500 couples mères-enfants sur 3 années. Les HCoV ont été retrouvés chez 14 couples mères-enfants. Les 4 souches de HCoV ont été retrouvées dans les prélèvements respiratoires des mères, mais seul le HCoV-229E fut mis en évidence dans les sécrétions vaginales maternelles (4 cas) et chez les nouveau-nés (3 cas). Les résultats de ces études suggèrent : (1) une possible transmission materno-foetale qui ne peut pour le moment être confirmée compte tenu du faible nombre de cas, (2) également la contamination des nouveau-nés à la naissance par les mères ou le personnel. L’ensemble de ces données apporte donc de nouvelles connaissances quant au pouvoir pathogène des coronavirus chez les nouveau-nés et leur mode de transmission, Il serait souhaitable de poursuivre ces investigations en réalisant des études multicentriques avec l’analyse génomique des souches isolées afin de confirmer le mode de transmission nosocomial par le personnel et de valider la transmission materno-foetale de ces infections.

  • Titre traduit

    Transmission of human coronavirus


  • Résumé

    Coronaviruses represent a large group of viruses infecting both birds and mammals. Currently, five caronaviruses are known to infect humans: HCoV 229E and 0C43 discovered by Tyrrel and Mc Intosh in the 1960’s; SARS-CoV, identified in 2003 as being responsible for an epidemic of severe acute respiratory syndrome; and HCoV-NL63 and HKU1, newly identified in 2004 and 2005. Their pathogenic role in children has been unclear essentially due to difficulties in virological diagnosis. Molecular biological methods (RT-PCR) offer a new approach to monitoring these infections. Classic RCoV, including HCoV-229E, 0C43 and NL63, are worldwide and circulate during seasonal outbreaks. These viruses are responsible for one-third of common colds in adults and are suspected of being involved in the exacerbation of asthma and bronchiolitis in children. Respiratory viruses are spread by 3 principal mechanisms: (1) through close person-to-person contact via droplets; (2) by air due to inhalation of small particles (<Sp); (3) through contamination of hands from environmental surfaces; and by hand-to-hand transmission. Although HCoV transmission occurs principally by close contact via droplets, it is able to survive in aerosol particles, in suspension and after drying. Thus, HCoV horizontal transmission via air or hand contamination is possible. These studies investigate different mechanisms of HCoV transmission. Firstly, during a three-year prospective survey of nosocomial respiratory viral infection, we confirmed the preponderant role of HCoV in nosocomial infection. Transmission occurred principally through infected staff and by cross- infection involving their contaminated hands. These infections essentially occurred in neonates and preterm infants. During this prospective survey, we revealed the existence of 37 HCoV neonatal infections. The possibility of perinatal transmission of HCoV was then examined in a prospective study of 500 infant-mother couples during a 3-year period. HCoV was detected in 14 couples involving all HCoV (229E, 0C43, NL63, HKU1) in maternal respiratory samples. Four maternal vaginal samples and 3 newborn gastric samples were positive, involving exclusively HC0V-229E. This study suggests the possibility of a materno-fetal transmission of HCoV; however this remains to be confirmed given the law number of cases detected. Early contamination of neonates by infected mother or staff may also contribute to the perinatal transmission of HCoV. This data explores the pathogenic role of HCoV and possible mechanisms of transmission in neonates. Multicentric epidemiological studies including analysis of genomic profiles of detected HCoV are subsequently needed in order to determine the means of nosocomial transmission via personnel, as well as to confirm the vertical transmission of these infections.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (161 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 141-146

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TBRN2007/20
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.