L' obsidienne dans le processus de Néolithisation du Proche-Orient (12000-6500 av. J. -C. Cal. )

par Sarah Delerue

Thèse de doctorat en Physique des archéomatériaux

Sous la direction de Danielle Stordeur et de Gérard Poupeau.

Soutenue en 2007

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    La Néolithisation du Proche-Orient est un vaste sujet de recherche impliquant des spécialistes issus de disciplines variées. Le présent travail y contribue à travers l’étude d’une matière première lithique diffusée à grande échelle : l’obsidienne. L’intérêt de ce matériau consiste notamment en sa prédisposition pour les études de provenance. Il est d’autant plus déterminant dans ces civilisations dépourvues de céramique, l’obsidienne restant alors le seul marqueur d’échange univoque. D’un point de vue géologique et géochimique, le corpus sur les sources de l’obsidienne proche-orientale demeurait lacunaire. Nous avons proposé de l’enrichir par la caractérisation d’une quarantaine de gisements répartis dans toute l’Anatolie et en Transcaucasie. Une centaine d’aliquotes géologiques ont été analysés par ICP-MS, ME-WDS, PIXE et MEB-EDS. Leurs potentiels de discrimination respectifs ainsi que les possibilités et limites de leur application à des artefacts archéologiques parfois précieux ont été discutés. Ces considérations ont conduit à la mise en place d’une stratégie analytique originale pour déterminer la provenance de 500 obsidiennes archéologiques issues d’horizons spatio-temporels diversifiés. Leur étude a dispensé une meilleure connaissance de l’exploitation des sources d’obsidienne d’une part, de la distribution de leurs produits respectifs d’autre part. A la lumière de ces résultats, une synthèse renouvelée sur le ‘phénomène obsidienne’ a été proposée, celui-ci en outre repensé dans une optique à la fois synchronique et diachronique à chaque étape du processus de Néolithisation. Les données ainsi réunies ont conduit à considérer l’obsidienne non plus comme un simple traceur d’échanges mais comme une caractéristique du Néolithique, au même titre que d’autres critères (économie de subsistance, architecture, technologie). Le ‘phénomène obsidienne’ s’est révélé partie intégrante du ‘phénomène social total’ qu’est la Néolithisation.

  • Titre traduit

    The obsidian in the process of Neolithisation of the Near East (12000-6500 BC)


  • Résumé

    The ‘Neolithisation’ of the Near East is a vast topic of research implying specialists of various fields. This work contributes to its better understanding through the study of a lithic raw material diffused on a large scale : obsidian. This material is of particular interest based on its predisposition for provenance studies. In aceramic civilisations, obsidian remains the only univocal marker of exchange. From a geological and chemical point of view, the corpus of the Near Eastern obsidian sources was still incomplete. We proposed to enrich this knowledge by the characterization of about forty sources spread through Anatolia and Transcaucasia. About 100 geological aliquotes were analyzed by ICP-MS, EMP-WDS, PIXE and SEM-EDS. Their respective potential for discrimination within the samples was weighed against the limitations in the application to sometimes precious archaeological artefacts. Those considerations led to the creation of an original analytical strategy to determine the provenance of 500 archaeological obsidian samples from various spatio-temporal horizons. Their study allowed a better understanding of both the obsidian sources exploitation, and their respective products distribution. According to these data, we proposed a renewed synthesis on the ‘obsidian phenomenon’, a summary now considered with a synchronic and diachronic perspective at each step of the process of ‘Neolithisation’. The data led us to consider obsidian, not only as a simple exchange tracer, but also as a characteristic of the Neolithic, along with other criteria such as subsistence economy, architecture and technology. The ‘obsidian phenomenon’ appears to be an integral part of the ‘total social phenomenon’ that constitutes Neolithisation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (540 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie p. 487-539

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.