Représentationnalisme cognitif et représentationnalisme classique : essai d'épistémologie fondationnelle des sciences cognitives

par Cédric Brun

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean Terrel.

Soutenue en 2007

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Les philosophes qui défendent le cadre épistémologique classique des sciences cognitives (au premier rang desquels J. Fodor et N. Chomsky), comme leurs adversaires (de Haugeland à Putnam) font référence à une doctrine épistémologique de l’âge classique issue de la philosophie de Descartes – et développée par Locke et Hume – faisant reposer la vie mentale sur la manipulation d’idées. Pour les philosophes cognitifs, la Théorie Computo-Représentationnelle de l’Esprit (TCRE) qui sous-tend les sciences cognitives, ne serait qu’une redécouverte de la « way of ideas » des empiristes anglais. Dans le même esprit, de nombreuses attaques formulées à l’encontre des sciences cognitives reprennent des critiques visant les formes classiques de représentationnalisme. Cette thèse examine précisément l’usage qui est fait par les philosophes cognitifs (et par leurs adversaires) de ces références aux doctrines représentationnalistes classiques, afin d’éclairer les débats actuels portant sur la TCRE. Après avoir caractérisé précisément la nature de la TCRE, les modalités rhétoriques et le contenu desréférences au représentationnalisme classique dans les débats autour de la TCRE, nous montrons que la reconstruction des thèses classiques par les représentationnalistes cognitifs et par leurs adversaires repose en fait sur une présentation imprécise des positions classiques, déterminée par des présupposés épistémologiques et métaphysiques souvent implicites. Nous mettons ensuite en évidence la richesse et la diversité des doctrines classiques afin d’identifier les leçons qui peuvent être tirées d’une relecture des représentationnalismes classiques pour les débats actuels autour de la TCRE.

  • Titre traduit

    Cognitive representationalism and modern representationalism : an inquiry in the fondational epistemology of cognitive sciences


  • Résumé

    Philosophers of mind frequently state that cognitive science is a kind of “rediscovery” of classical theories concerning the mind and its states and processes. For instance, N. Chomsky and J. Fodor claim their positions to be closer to those of Locke and Hume than to those of Watson, Hull or Skinner. Roughly speaking, Their Representational Theory of Mind (hereafter RTM), is said to share many features with the empiricist philosophies of mind of the late seventeenth and eighteenth centuries. Our dissertation produces an overview of the classical representational doctrines in order to improve the current epistemological researches on the RTM by the addition of an historical survey. Doing so, we not only intend to participate in the movement of interdisciplinary research to build a naturalized theory of the mind but also to enrich it with a critical view of its own philosophical origins. This acute examination of the classical theories of mental representation allows us to give a better analysis of the processes, subjects, aims and difficulties which the RTM has to deal with at the moment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (600 p.)
  • Annexes : Bibliogr. : p. 575-600

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.