Turcicité ou Islam : langue, religion et mariage : construction identitaire des jeunes issus de l'immigration

par Kadriye Yalçin

Thèse de doctorat en Cultures et sociétés dans le monde arabe et musulman

Sous la direction de Samaha Khoury et de Françoise Rollan.

Soutenue en 2007

à Bordeaux 3 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Turcity or Islam ? language, religion and marriage : identity construction of young people from migrations : example of populations coming from Turkey living in Bordeaux and Strasbourg


  • Résumé

    Un érudit ottoman affirme :«Je suis d’abord musulman, puis ottoman et enfin turc. Je ne donnerai pas ma sœur à un Turc non musulman. Je la donnerai à un musulman qui n’est pas turc». Comment est-on passé de la primauté de l’identité musulmane à celle de l’identité turque? La Turcité connaît plusieurs étapes dans l’Histoire des Turcs. De l’image péjorative du Turc inculte et barbare des villages, la Turcité devient le point central de la Turquie moderne construite par Atatürk. Elle prend un tout autre sens, celui que tous les Turcs défendent aujourd’hui : la fierté d’être turc, la laïcité, la modernité et l’européanité. Selon Geertz, l’identité d’un groupe se définit par la langue, la religion, le sentiment de groupe, les liens sanguins, l’histoire commune et la coutume (töre). Au delà du fait que ce travail porte sur des populations dans deux régions jusque-là peu étudiées –enquêtes auprès des jeunes issus de migrations de Turquie en Gironde et dans le Bas-Rhin– son originalité réside dans l’hypothèse que la Turcité prime sur l’Islam dans l’identité des migrants originaires de Turquie,(l’identité culturelle prime sur l’identité religieuse, il n’est pas question d’identité nationale). La Turcité englobe toute personne d’Anatolie (voire du monde turc, Türk dünyası) dans sa diversité culturelle, ethnique et religieuse. Elle dépasse l’appartenance citoyenne à la nationalité turque quelle que soit l’origine turque, kurde, laze, tcherkesse, etc. , et/ou alévie. L’alévisme est une identité culturelle à part entière presque une ethnie ; on naît alévi, on ne le devient pas! Trois marqueurs identitaires sont étudiés : la langue, la religion et le mariage. Les discours et les pratiques mettent en évidence la Turcité et/ou la religiosité des migrants originaires de Turquie. Les us et coutumes, les traditions ancestrales sont-elles plus importantes que les traditions religieuses? Quelle est la place de la langue et de la religion dans l’identité des jeunes issus des migrations de Turquie en France? Est-ce que la Turcité prime sur l’Islam?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (649 p.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 359-372.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.