Le crime dans l'oeuvre de Jean Giono

par Omar Oulmehdi

Thèse de doctorat en Littératures française, francophones et comparées

Sous la direction de Dominique Rabaté.

Soutenue en 2007

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Il faut peut-être se demander en quoi la thématique du crime sous-jacente à l'œuvre moderne de Jean Giono se résorbe dans un jeu formel de l'écriture et devient partie prenante de la structure romanesque dans son ensemble. La partie inaugurale de cette thèse s'intéresse à l'écriture du "meurtre légal" lorsque Giono introduit plus particulièrement la veine criminelle dans la scène de la guerre. L’auteur du Grand Troupeau est de fait engagé dans un processus de dévoilement du morbide. Mais c’est l’homme solitaire désormais marqué par le mal qui va faire tache d’huile dans les œuvres d’après guerre. Dans une seconde partie, Un Roi sans divertissement retient l'attention. Dans l'œuvre de Giono, c'est le roman du crime par excellence. Au fond, Giono y propose une autre esthétique fondée non plus sur la manière de tuer sans être démasqué, mais sur la laideur même du crime. Une laideur paradoxalement belle qui n’est pas marquée moralement mais esthétiquement. Prenant appui sur les premiers jalons de l'itinéraire criminel, la partie suivante montre que l'enquête criminelle se double d'une quête amoureuse. Mais le crime passionnel ne suscite point l'intérêt de Jean Giono. L'originalité du rapport homme/femme est évidente lorsque le crime constitue bizarrement le point d'orgue à partir duquel l'amour devient un possible. Enfin, une dernière partie cherche à réfléchir sur la mutation esthétique du crime chez Giono, depuis les écrits d'ouverture, passant par Les Récits de la demi-brigade jusqu'aux écrits de clôture. Parce que le héros gionien cherche moins le bonheur dans le crime que le bonheur dans le récit du crime, il se voit buter sur l'impossibilité de dire le crime et l'impossibilité de le taire. Ce paradoxe arrive à son point culminant à la scène finale. Le meurtre ouvre ainsi une brèche vers un monde posthume, fondé sur la suprématie d'une imagination débridée; mais qui cherche en même temps son parachèvement qui viendrait la parfaire en une apothéose.

  • Titre traduit

    Crime in the work of Jean Giono


  • Résumé

    Perhaps it is necessary to wonder in what set of themes related to crime subjacent to the modern work of Jean Giono reabsorbs in a formal way of writing and becomes recipient of the romantic structure as a whole. The inaugural part of this thesis is interested in the writing of the "legal murder" when Giono introduces more particularly the criminal vein into the scene of the war. The author of Le Grand Troupeau is in fact engaged in a process of the revealing of the morbid. But from now on, it is the solitary man marked by evil who makes "oil spot" in the after war works. In the second part, Un Roi sans divertissement holds the attention. In the work of Giono it is undoubtedly the true novel of the crime. Actually, Giono suggests another esthetics based not only on the manner of killing without being uncovered, but on the ugliness of the crime as well. A paradoxically beautiful ugliness that is not marked morally but aesthetically. Taking into account the first reference marks of the criminal route, the following part shows that the criminal investigation is accompanied by an investigation in love. But the crime of passion does not arouse the interest of Jean Giono. The originality of the relation man/woman is obvious when the crime constitutes the point from which love becomes possible. Finally, the last part seeks to reflect on the aesthetic change of the crime for Giono, since the writings of the beginning, passing by Les Récits de la demi-brigade up to the writings of closure. Because the gionian hero seeks happiness less in the crime than in the account of the crime, he meets impossibility of revealing the crime and impossibility of concealing it. This paradox arrives at its climax at the final scene. Murder thus opens a breach towards a posthumous world, founded on the supremacy of a delirious imagination; but which seeks at the same time its finishing which would come to perfect it in apotheosis.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol(655 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 622-640. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.